UA-70978167-1

Politique - Page 3

  • Tocqueville toujours d’actualité

    Imprimer

    Du grec despotês, maître, le despotisme est la forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté est exercée par une seule personne ou un groupe restreint avec un pouvoir absolu et exercé de manière abusive au regard des lois. L'Etat-Providence est une forme d'État qui se dote de larges compétences réglementaires, économiques et sociales, fondé sur la solidarité entre les différentes classes sociales en vue d'assurer de la justice sociale au bénéfice de ses citoyens.

    Je ne saurais donc trop dire, pour revenir à notre sujet que de citer cet écrivain et homme politique français du XIXe siècle, Alexis de Tocqueville (1805-1859) qui marque encore l’esprit de la société moderne:

    « Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l'avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière; il en couvre la surface d'un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d'agir, mais il s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger. J'ai toujours cru que cette sorte de servitude, réglée, douce et paisible, dont je viens de faire le tableau, pourrait se combiner mieux qu'on ne l'imagine avec quelques unes des formes extérieures de la liberté, et qu'il ne lui serait pas impossible de s'établir à l'ombre même de la souveraineté du peuple. II y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point. La nature du maître m'importe bien moins que l'obéissance », s’exprimait Alexis de Tocqueville.

    S'inspirer de Tocqueville relève d'une prise de conscience.

    Ill'Mama

     

    www.health-environment-program.org

  • Cameroun-France : Paul Biya et François Hollande

    Imprimer

    Après le sommet de la francophonie en octobre dernier à Kinshasa en République Démocratique du Congo (RDC) où les deux présidents se sont entretenus, une deuxième rencontre est à l’honneur cette semaine à Paris.

    Le président Paul Biya, chef de l’Etat camerounais et initiateur de Grandes Réalisations (port de Kribi, Lom Pangar, etc.), se trouve en France sur invitation de son homologue français François Hollande. Le président camerounais rencontrera aussi le MEDEF (Mouvement des Entreprises de France). Cette visite renforce les liens entre les deux pays.

    Ill’Mama

    www.health-environment-program.org

  • Centrafrique : succès de la Communauté des Etats d'Afrique centrale (CEEAC)! L’accord de paix est signé par le pouvoir, les rebelles et l’opposition.

    Imprimer

    Le sommet extraordinaire de la CEEAC a accouché d’un accord. Les pourparlers engagés cette semaine dans la capitale gabonaise, Libreville, ont abouti à un accord de cessez-le-feu. C’est un ouf de soulagement pour la CEEAC qui, pendant trois jours, a conduit ces discussions entre pouvoir, rebelles et opposition politique.

                  Libreville (Gabon), le 07 janvier 2013

    rca_ue1.jpg

    Le Secrétaire Général et la chef de délégation de l'UE (Source : CEEAC)

    L’accord signé ce vendredi 11 janvier prévoit le "retrait de toutes les forces militaires étrangères" de Centrafrique, à l'exception des Forces multinationales de l'Afrique centrale (FOMAC), ainsi que la mise en place d’un gouvernement d’union nationale.

    J’ai vu juste (voir ma note du 09.01.2013), cru à cet accord et bien voilà qu'il est là ! Mieux vaut la paix que la guerre !

    ll’Mama

    www.health-environment-program.org

     

  • Centrafrique : accord de paix entre pouvoir, rebelles et opposition devant la CEEAC et observateurs internationaux

    Imprimer

    Les ministres des Affaires étrangères des dix Etats membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), et les observateurs internationaux ont pris part aux pourparlers entre gouvernement, rebelles et opposition politique de Centrafrique pour un retour à la paix. La tenue de ces négociations a eu lieu ce mardi à Libreville au Gabon.

    CARTERCA.jpg

    La réunion a porté notamment sur le suivi des accords de paix de 2008. Basile Ikouébé, ministre congolais des Affaires étrangères qui présidait la séance, s’en est réjoui en ces termes : « La présence de tous est un signal positif ».

    Par ailleurs, la société civile, qui a participé comme observateur, espère le triomphe du sentiment patriotique. « Nous espérons que, pour une rare fois, le sentiment patriotique va dépasser toutes les autres considérations », a déclaré à l’AFP l’un des délégués de la société civile, Clotaire Rodonne Siribi, du Comité de suivi des recommandations du dialogue politique inclusif.

    Les ministres des Affaires étrangères ont alors exhorté les protagonistes à signer un accord de cessez-le-feu pour mettre fin au conflit militaire qui menace de renverser le pouvoir en place, selon le communiqué final de cette rencontre.

    PS : La CEEAC est composée de 10 pays à savoir : Angola, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, RD Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Sao Tomé et Principe, Tchad.

    Ill’Mama

    www.health-environment-program.org

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Politique 0 commentaire
  • Le modèle social, quel avenir ?

    Imprimer

    Cette notion est l’objet d’un enjeu à la fois scientifique et politique. Il convient surtout de rappeler les valeurs fondamentales de chaque pays ou continent, la tâche est ardue.

    Toutes les nations du monde se sont développées en s’enracinant dans leurs traditions ; par ailleurs, transmises de génération en génération. C’est dans ce sens que l’on parle du modèle social.

    L’Afrique, pour sa part, a démontré que sur le plan conceptuel et technique, elle n’a rien à envier aux autres civilisations. Cependant, elle doit pouvoir s’exprimer dans un type moderne d’organisation de la production.

    Les contrats entre différents pays lorsqu’ils sont établis doivent en principe être respectés et, souvent, ne peuvent pas être résiliés unilatéralement.

    L’application du modèle social, c’est l’autodétermination d’un peuple, son indépendance et sa souveraineté.

     

    Ill’Mama 

     

    www.health-environment-program.org

  • La République Centrafricaine (RCA) : au secours !!!

    Imprimer

    La République centrafricaine traverse des moments difficiles ces derniers temps, ce qui ne laisserait pas le reste du monde indifférent. Les pays voisins optent pour une médiation entre les parties bélligérantes. La CEEAC (la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale) opte, elle aussi, pour une négociation.

    C'est un pays enclavé sans accès à la mer dont le sous-sol contient des diamants, de l'uranium et de l'or. Le pétrole et l'énergie hydroélectrique sont d'autres ressources potentiellement importantes mais inexploitées à ce jour.

     

    Ill'Mama