UA-70978167-1

20/01/2016

Forum de Davos: le bal des économistes?

Le jour J est arrivé, jour tant attendu pour de nombreux économistes. L'étant par ailleurs, je me dois d'apporter quelques éléments d'analyse dans ce monde globalisé et plein de déséquilibres économiques. Je crois comprendre que les sujets discutés seront le chômage et la question des migrants, quid du reste?

Sans entrer dans la polémique, force est de constater que la fluctuation des monnaies, l'endettement extérieur, la détérioration des termes de l'échange n'ont jamais atteint un seuil aussi alarmant qu'aujourd'hui (voir mon article sur les pronostics économiques de l'année 2016). La répartition géostratégique, à savoir pays riches, pays émergents, groupe des 77 et la Chine, etc., est la démonstration même de la différenciation des rapports de force entre pays.

De manière succincte, je m’arrêterai ici pour l'instant en vous invitant à laisser votre commentaire sur cette note et/ou de me contacter pour de plus amples explications. En attendant l'ouverture du forum économique ce soir à Davos, je vous invite pour vous inspirer à lire mes notes précédentes sur ce sujet en cliquant ici: 

http://innovationcreationcommerce.blog.tdg.ch/archive/2013/01/25/davos-wef-2013-de-joseph-alois-schumpeter-a-milton-friedman.html

http://innovationcreationcommerce.blog.tdg.ch/archive/2013/01/24/davos-wef-2013-l-augmentation-de-la-production-pour-quels-co.html

http://innovationcreationcommerce.blog.tdg.ch/archive/2013/01/23/davos-le-wef-et-si-joseph-alois-schumpeter-etait-encore-la.html

http://innovationcreationcommerce.blog.tdg.ch/archive/2013/01/21/davos-forum-economique-mondial-le-dynamisme-resilient.html

10:36 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce, Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : davos, fem, wef |  Facebook | | | Pin it! | |

25/01/2013

WEF: De Joseph Aloïs Schumpeter à Milton Friedman, et bientôt à Pierre Maudet?

Au vu des potentiels effets macroéconomiques indésirables sur les économies des pays africains ou des pays développés, le progrès vers l'équité planétaire, à savoir la disparition des écarts entre les régions, est une problématique pour le moins non contestable. Combler le gap qui existe entre ces deux groupes de pays est une gageure. Pendant que certains semblent sombrer dans le développement du sous-développement, d’autres avancent. Je ne ferai pas mention de la thèse de rattrapage ici mais de l’esprit d’entreprenariat et surtout de l’innovation et la croissance.

Notons bien qu’il peut avoir croissance sans développement. L’analyse apportée ici fera allusion à deux économistes, une sorte d’illustration du WEF 2013.

Joseph Aloïs Schumpeter (1883-1950), fervent défenseur de Walras, commentateur de Marx et Max Weber, a consacré une partie de son œuvre, la Théorie de l’évolution économique (1911), dans l'analyse de l'évolution du capitalisme. Il insistait déjà à son époque sur le rôle crucial des innovations et la place prépondérante de l'entrepreneur, celui qui met en oeuvre les nouvelles méthodes de production et lance de nouveaux produits.

Au XXe siècle, certains pays ont adopté des approches monétaristes (la monnaie, la fiscalité, les privatisations et la déréglementation) prônées par l'économiste Milton Friedman (1912-2006). Dans son oeuvre Capitalisme et liberté (1962), il explique que seul le rôle de l'Etat reste le moyen d'atteindre la liberté politique et économique. Il s'est fait l'avocat du flottement pur des monnaies et d'une politique pure des monnaies liée au respect rigoureux d'une norme stable de croissance de la masse monétaire et ira jusqu'à proposer l'impôt négatif.

L'accroissement des inégalités, les faibles capacités d'investissement, le cercle vicieux de la pauvreté, le faible rythme d'accumulation du capital, les facteurs de production disponibles et les potentialités existantes ont un impact significatif sur la croissance et le développement économique.

Ajout de dernière minute: je viens d'apprendre la présence du Conseiller d'Etat Pierre Maudet au WEF à Davos. S'est-il mis dans les pas des illustres Schumpeter et Friedman?

Ill’Mama

 

www.health-environment-program.org

24/01/2013

Davos, WEF 2013 : L’augmentation de la production pour quels consommateurs ?

De la Richesse des nations (1776) d’Adam Smith aux Principes de l’économie politique et de l’impôt (1817) de David Ricardo, en passant par la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936) de John Maynard Keynes, acclamons aujourd’hui Klaus Schwab, fondateur du WEF, ayant choisi comme thème 2013 le Dynamisme résilient. « Il n’y a aucune alternative au capitalisme » a-t-il déclaré.

L’économiste Klaus Schwab fonde sa pensée sur la compétitivité et l’initiative privée qui, selon lui, restent les moteurs de la croissance. Le Rapport sur la compétitivité mondiale ou le Global Competiveness Report, basé sur sa méthodologie, mesure la compétitivité en termes de productivité et de critères de durabilité.

Pour produire avec succès, il faut pouvoir vendre à des consommateurs. Et si l’on n’a pas de demandeurs ? C’est alors qu’intervient la loi de l’offre et de la demande. Dans un contexte de compétitivité, l’offre oblige producteurs et consommateurs à faire des choix rationnels. Ainsi, en monopole, oligopole ou cartel (se mettre d’accord avec un autre producteur pour imposer un prix), monopsone (acheteur unique) ou en oligopsone (s’unir avec d’autres consommateurs afin d’imposer sa volonté), l’Etat doit agir pour porter la demande globale au niveau approprié, ceci par les mécanismes de l’économie de marché (mondialisation).

La contribution de Ricardo (1772-1823) à l’analyse économique est la théorie des avantages relatifs qui constitue, aujourd’hui encore, l’un des piliers de l’argumentation en faveur du libre-échange et de la spécialisation. Chaque pays se spécialise ainsi sur les biens dont sa compétence est la meilleure.

Que peuvent donc faire les pays en développement pour devenir plus compétitifs ?

Ill’Mama

 

www.health-environment-program.org

11:46 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : klaus schwab, wef, davos |  Facebook | | | Pin it! | |

23/01/2013

Le WEF et Joseph Aloïs Schumpeter

Le terme anglo-saxon World Economic Forum (WEF) au lieu de Forum économique mondial en français paraît plus indiqué à l’événement majeur qui commence ce matin à Davos, en Suisse. Pendant trois jours, les organisations non gouvernementales, élites politiques et économiques internationales vont discuter sur le dynamisme résilient.

Dans un monde caractérisé par le capitalisme, l’internationalisation croissante des échanges de marchandises et de capitaux rend les différents Etats de plus en plus vulnérables les uns les autres. Rappelons-nous de ce célèbre économiste autrichien, Joseph Schumpeter (1883-1950), qui, parlant du capitalisme, le définissait comme « un système essentiellement dynamique dans lequel les entrepreneurs, perpétuellement menacés de disparition par la concurrence et donc à la recherche de nouvelles occasions de profits, introduisent des ‘déséquilibres créateurs’ par leurs innovations : nouveaux produits ou nouveaux procédés de fabrication, nouvelles méthodes de gestion des entreprises, nouveaux marchés. »

L’analyse de Schumpeter élaborée en 1912 repose sur la théorie de l’évolution économique et s’applique du moins dans le contexte actuel. L’innovation et la compétitivité sont les facteurs essentiels pour chaque individu ou Etat aspirant à la croissance. Le thème du WEF 2013 « le dynamisme résilient » ne serait-il pas une illustration de la pensée de Schumpeter ?

Faisons preuve de noblesse en nous inspirant de cet économiste dont l’analyse a été couplée plus tard avec la théorie des cycles (Business Cycles) en 1939. Ce ne serait que notre façon de lui rendre hommage. En tous cas les théories se suivent et se complètent.

Le Forum économique mondial, une solution de plus pour les Etats !

Ill’Mama

 

www.health-environment-program.org

21/01/2013

Davos : Forum économique mondial, le dynamisme résilient

Mercredi prochain, une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement, de même que 2'500 autres participants composés de chefs d'entreprises, décideurs, économistes, sociologues et intellectuels seront réunis à Davos. La célèbre station balnéaire de la ville réputée être la plus élevée d’Europe, abritera la 43è édition du Forum économique mondial (FEM ou WEF en anglais).

Fondé en 1971 par l’allemand Klaus Schwab, le forum a lieu chaque année. Le thème de cette édition porte sur « le dynamisme résilient ». « Etre résilient, c'est savoir s'adapter à des changements de situation, résister à des chocs soudains et s'en remettre, tout en poursuivant ses objectifs », a déclaré son président, Klaus Schwab.

En marge du WEF, un rapport sur la compétitivité mondiale est établi d’où ressort l’indice de compétitivité mondiale (ICM ou Global Competitiveness Report, GCR en anglais), constituant ainsi un document de référence pour beaucoup de dirigeants de ce monde. L’indice est une grandeur économique ou un indicateur calculé par rapport à une valeur de référence et comprise entre 1 et 7.

Dès mardi dans la soirée, Charlize Theron, actrice sud-africaine, recevra un prix pour son engagement en faveur des jeunes africains touchés par le Sida.

Ill’Mama

 

www.health-environment-program.org

21:46 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : davos, wef, klaus schwab, fem, dynamisme résilient, gcr.icm |  Facebook | | | Pin it! | |