UA-70978167-1

30/01/2013

Forum de haut niveau du MEDEF à Paris: la France et le Cameroun à l’honneur!

Organisé par le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), ce jeudi, en présence du chef de l’Etat camerounais, Monsieur Paul Biya, ce forum propose un regard attentif sur le partenariat. Notons que le Cameroun est membre de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Ce pays est aussi connu comme l’«Afrique en miniature», expression due au géographe français Jean-Claude Bruneau qui fut émerveillé par la diversité du pays. Ses principales exportations sont le café, le cacao, le pétrole, le coton, le bois, l’aluminium, le tabac, le caoutchouc et la banane. Sa monnaie officielle est le franc CFA (Franc de la Communauté financière africaine) arrimé à l’euro à raison de 1 € = 655,957 F CFA (XAF ou XOF).

Le MEDEF, organisation patronale fondée en 1998 et représentant des dirigeants des entreprises françaises, tiendra son forum sur le thème principal: «France – Cameroun: pour un partenariat économique durable». Monsieur Paul Biya fera une intervention au Pavillon Gabriel à Paris où aura lieu le forum.

Les entreprises françaises Rougier, CFAO, Bolloré, Perenco, Total, Société générale, Sogea – Satom, Egis Bnp et peut-être d’autres encore y feront des témoignages et échangeront également avec les autorités et entreprises camerounaises sur le financement des projets structurants.

Les entrepreneurs réunis au sein du MEDEF agissent dans l’intérêt des entreprises de tous les secteurs en développant leur activité économique.

Ill’Mama

 

www.health-environment-program.org

29/03/2011

Où va l'Afrique ? Vers le développement ou de plus en plus vers le sous-développement ?

A l'heure où les bombardements continuent en Libye et que la Côte d'Ivoire traverse une crise post-électorale majeure, la question sur la résorption des déficits se pose. Comment peut-on rendre la balance commerciale excédentaire si l'on ne peut pas vendre ses propres produits sur le marché international, c'est le cas du cacao en Côte d'Ivoire qui est stocké depuis des mois face aux paysans démunis et vivant dans la misère ? Comment peut-on rembourser la dette extérieure ou intérieure s'il n'y a pas de flux de capitaux étrangers et une épargne consécutive ? Comment peut-on avoir une balance des paiements excédentaire si l'on ne peut pas avoir un marché monétaire stable, une monnaie forte ?

Pour les pays francophones d'Afrique  utilisant le FCFA,  Franc des Colonies Françaises d'Afrique et aujourd'hui Franc de la Communauté Financière Africaine, le risque de dévaluation prend de plus en plus d'ampleur. Va-t-on une fois de plus connaître une autre dévaluation après celle de janvier 1994 ? Auquel cas sont-ils condamnés à une paupérisation et convergeront de plus en plus vers le sous-développement à moins d'en démontrer le contraire.

A titre de rappel, la France peut à tout moment toute seule décider de la dévaluation du FCFA, elle en a le privilège vu les accords passés avec ces pays à l'époque des indépendances.

 

Ill'Mama

 

11:15 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sous-developpement, dévaluation, fcfa, f cfa, franc cfa |  Facebook | | | Pin it! | |