UA-70978167-1

21/02/2013

Tocqueville toujours d’actualité

Du grec despotês, maître, le despotisme est la forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté est exercée par une seule personne ou un groupe restreint avec un pouvoir absolu et exercé de manière abusive au regard des lois. L'Etat-Providence est une forme d'État qui se dote de larges compétences réglementaires, économiques et sociales, fondé sur la solidarité entre les différentes classes sociales en vue d'assurer de la justice sociale au bénéfice de ses citoyens.

Je ne saurais donc trop dire, pour revenir à notre sujet que de citer cet écrivain et homme politique français du XIXe siècle, Alexis de Tocqueville (1805-1859) qui marque encore l’esprit de la société moderne:

« Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l'avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière; il en couvre la surface d'un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d'agir, mais il s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger. J'ai toujours cru que cette sorte de servitude, réglée, douce et paisible, dont je viens de faire le tableau, pourrait se combiner mieux qu'on ne l'imagine avec quelques unes des formes extérieures de la liberté, et qu'il ne lui serait pas impossible de s'établir à l'ombre même de la souveraineté du peuple. II y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point. La nature du maître m'importe bien moins que l'obéissance », s’exprimait Alexis de Tocqueville.

S'inspirer de Tocqueville relève d'une prise de conscience.

Ill'Mama

 

www.health-environment-program.org

11:59 Publié dans Air du temps, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alexis de tocqueville, despotisme, état-providence |  Facebook | | | Pin it! | |