UA-70978167-1

30/10/2010

Bourse : vers une disparition des banques centrales ?

 

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la crise financière a t-elle affecté le pouvoir d'achat des consommateurs créant une inflation ? Les politiques économiques sont devenues impuissantes pour stimuler la croissance, avec des politiques budgétaires plus restrictives et des politiques monétaires qui ne soutiennent pas l'activité.

Pour l'économiste suisse, Pierre Leconte, « les banques centrales dont la pseudo indépendance vis-à-vis des Etats n'a aucune réalité, n'ont été créées que pour favoriser l'endettement étatique au maximum via la destruction secrètement organisée de la monnaie. »

Il  propose que « si l'on veut sortir de l'économie de spéculation, de l'hypertrophie étatique et revenir à des économistes de liberté permettant  à nouveau la prospérité collective, deux solutions sont offertes :

 

1) revenir à la convertibilité des principales monnaies étatiques en or, dorénavant reliées entre elles par les taux de change fixes (exceptionnellement révisables d'un commun accord entre Etats en cas de crise majeure) ;

 

2) Laisser s'établir la liberté de création monétaire en supprimant le cours forcé de chaque monnaie étatique sur son territoire national (les USA pour le dollar US) ou régional (l'Euroland pour l'euro) d'émission, de façon à laisser s'exercer la liberté de choix d'utilisation de la monnaie par les utilisateurs que nous sommes tous, puisqu' apparaîtraient alors de nouvelles monnaies privées entrant en concurrence avec les monnaies étatiques actuelles. », l'Extension, octobre 2010.

 

En d'autres termes, peut-on maîtriser l'inflation ou la déflation dans un contexte de stabilité monétaire? Chaque point de vue est un plus à la réflexion.

 

Ill'Mama

 

 

 

10:12 Publié dans Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : déflation, inflation |  Facebook | | | Pin it! | |

25/08/2010

Déflation, que faire ?

C'est avec un regard de visionnaire que je me réfère à cet article de Patrick Artus, Alternatives économiques que je cite :

« L'économie mondiale présente toutes les caractéristiques d'une économie en déflation : excès d'épargne, et donc faiblesse de la demande ; inefficacité des politiques économiques pour faire repartir l'activité ; chômage et sous-utilisation des capacités conduisant à une inflation très faible. De ce fait, les taux d'intérêt réels (une fois l'inflation prise en compte) sont anormalement élevés, ce qui augmente l'endettement et renforce le recul de la demande. Comment en est-on arrivé là ?

Le taux d'épargne privé (des ménages et des entreprises) du monde est passé de 29 % du produit intérieur brut (PIB) mondial en 2007 à 33 % en 2010. Cette hausse vient à la fois du maintien de taux d'épargne extrêmement élevés dans les pays émergents d'Asie, au Japon et dans les pays producteurs de pétrole, et d'une hausse des taux d'épargne des ménages aux Etats-Unis (de 1 % à 6,5 % du revenu), en Europe et au Japon. Surtout, les entreprises (aux Etats-Unis, en Europe et au Japon) déforment le partage de la valeur ajoutée au détriment des salariés, ce qui accroît les profits, donc l'épargne des entreprises, sans que celle-ci soit investie puisque la demande n'est pas là.

Aux Etats-Unis, ce transfert de revenus vers les profits des entreprises est impressionnant : la productivité par tête du travail a augmenté de 6 % en un an, les salaires réels seulement de 1 % ; au niveau mondial, en 2010, la productivité par tête progresse de 3 %, le salaire réel de 1,5 %. On comprend donc qu'il y a faiblesse de la demande privée : les ménages des pays de l'OCDE épargnent davantage (crainte du chômage, perte de richesse immobilière) ; les entreprises ont des profits élevés ­qu'elles n'investissent pas ; les pays émergents et ceux exportateurs de pétrole épargnent massivement. Face à cette insuffisance de la demande privée, les politiques économiques sont devenues impuissantes pour stimuler la croissance, avec des politiques budgétaires plus restric­tives et des politiques monétaires qui ne soutiennent pas l'activité.

Comment sortir de cette dynamique déflationniste ? Les deux causes essentielles sont l'insolvabilité de beaucoup de ménages dans les pays de l'OCDE (surtout aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Espagne et dans d'autres pays périphériques de la zone euro) et la recherche d'une profitabilité très élevée par les entreprises dans un environnement de croissance faible, d'où la baisse des revenus salariaux, la déformation mondiale du partage des revenus au détriment des salaires (en Chine, la consommation ne représente plus que 32 % du PIB). Tant que le partage de la valeur ajoutée ne sera pas moins défavorable à la demande, il est à craindre que l'équilibre déflationniste persiste. »

Peut-on s'en servir comme outil de réflexion ?

 

Ill'Mama

10:29 Publié dans Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chômage, inflation, déflation, salaire, pib |  Facebook | | | Pin it! | |