UA-70978167-1

03/09/2015

La FINMA et la BNS dans le financement de l’économie suisse

Notre activité commerciale sur le long terme repose sur le triangle constitué par une clientèle satisfaite, un personnel motivé et un environnement intact. Nous voulons avoir du succès sur le plan économique, afin d'atteindre au mieux ces objectifs. En ayant un comportement équitable à l'égard de notre personnel et en respectant la nature, nous créons une valeur ajoutée sociale et écologique et nous assumons ainsi nos responsabilités en notre qualité de grand établissement financier suisse, s’était exprimé Hansruedi Köng, président du comité directeur PostFinance SA.

De nouvelles banques font leur apparition. C'est le cas de PostFinance. Le 29 juin dernier, la BNS en consultation avec la FINMA ont déclaré PostFinance comme étant une banque d'importance systémique, c'est-à-dire trop grande pour faire faillite. Ce mardi, le communiqué a été fait par la BNS. L'importance des actifs de sa clientèle élevés à 113 milliards à fin juin, contre seulement 60 milliards en 2008, en est la preuve. 

La FINMA, à travers ses enquêtes sur le fonctionnement des banques suisses. a pour mission d'assurer le bon fonctionnement des marchés financiers, la protection des créanciers, des investisseurs et des assurés. Les méthodes d’évaluation des banques d’importance systémiques mondiales se fondent sur des critères définis par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (CBCB) et le Conseil de stabilité financière (CSF). En rejoignant UBS, Credit Suisse, Raiffeisen et la Banque cantonale de Zurich (BCZ), PostFinance devient une banque d'importance systémique. "Il dépasse les 14% de fonds propres requis actuellement", a déclaré Hansruedi Köng.

Chaque établissement bancaire est donc soumis à des obligations redditionnelles. Une obligation redditionnelle est l’obligation imposée à un gestionnaire de démontrer qu’il a géré ou contrôlé, en conformité avec certaines conditions explicites ou implicites, les ressources qui lui ont été confiées. Les données des banques doivent être divulguées une fois par an. Selon la BNS, la Poste est désormais trop grande pour faire faillite, “too big to fail”.

12:51 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : banque, finma, bns, postfinance |  Facebook | | | Pin it! | |

29/08/2013

Le secteur bancaire en Suisse

Ce matin en feuilletant le journal Tribune de Genève, le titre à la page 3 à savoir « l’accord avec Washington rallume la polémique », a attiré mon attention. C’est un sujet qui fait déjà couler beaucoup d’encre et dont l’intérêt public est grand.

Pouvoir créer de la monnaie pour financer les crédits, tel est le rôle des banques. Mais associer l’émission et la gestion de la monnaie avec l’octroi du crédit est loin d’être facile. Juste pour comprendre, lorsque les banques accordent du crédit, elles calculent au mieux les risques en constituant des provisions et en donnant des garanties.

A suivre...

Ill'Mama

www.health-environment-program.org

14:31 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : banque |  Facebook | | | Pin it! | |

20/06/2013

Vers la faillite des banques Suisses ?

Jusqu’où vont aller les sanctions envers les banques ? Ce mercredi 19 juin le Conseil National helvétique a refusé pour la deuxième fois l’arrangement que les gouvernements suisse et américain avaient passé pour mettre un terme hors des tribunaux à leur litige fiscal. Les banques restent pour l'instant livrées à elles-mêmes. Face à cette situation, la question qui se pose est de savoir comment ces banques vont-elles survivre, et à combien va s’élever le montant du préjudice ? L’on entend parler des listes des fraudeurs et du personnel bancaire transmises aux Etats-Unis, d’amendes chiffrées en milliards de dollars, de retrait possible de licence.

Par 123 voix contre 63 et 4 abstentions, les députés ont refusé d'entrer en matière sur cet arrangement. Le sort des banques suisses n'est pas encore connu, il reste encore un espoir. Ce sera donc au Conseil fédéral Suisse de statuer en dernier ressort.

Ill'Mama

www.health-environment-program.org

10:25 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : banque, suisse |  Facebook | | | Pin it! | |

18/06/2013

Le secret bancaire au sommet du G8, l’Afrique y participe

Le sommet du G8 qui a débuté ce lundi en Irlande du Nord connaît la participation de nombreux chefs d’Etats africains invités à prendre un déjeuner ce mardi, 18 juin. David Cameron, Premier ministre britannique, a pendant le week-end organisé une réunion informelle avec eux. Il promet la lutte contre le secret bancaire et la lutte contre l’évasion fiscale, les pays africains souhaitent qu’ils en soient de même pour eux.

Le sommet du G8 réunit les dirigeants des 7 pays démocratiques les plus industrialisés, à savoir le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et la Russie. Les sujets ayant marqué l’actualité de ce semestre sont abordés.

Ill'Mama

www.health-environment-program.org

20:22 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : g8, afrique, banque |  Facebook | | | Pin it! | |

08/04/2013

L’activité bancaire des chinois en Afrique

Des banques chinoises multiplient leurs initiatives en Afrique. L'Industrial and Commercial Bank of China (ICBC), qui est la première banque commerciale au monde, a ouvert une représentation en Afrique. «Nous avons besoin de trouver le meilleur moyen de pénétrer le continent africain. L’Afrique est vaste avec ses 54 pays aux cultures diversifiées. Nous avons besoin d’une bonne cible, ceci par une forte présence non seulement dans un pays mais dans plusieurs», s’exprimait Liu Yagan, homme influent du secteur bancaire en Afrique.

ICBC a ouvert un bureau de représentation en 2011 en Afrique subsaharienne, précisément dans la ville du cap en Afrique du Sud. Jiang Jianquing, son patron, a déboursé 5,5 milliards de dollars, soit 4,27 milliards d’euros, pour racheter 20% du capital de la sud-africaine Standard Bank en 2007, correspondant au plus grand investissement étranger en Afrique du Sud. «L'Afrique est un grand marché potentiel pour les banques, parce qu'environ 50 % des Africains n'ont pas de compte bancaire», déclare Liu Yagan, représentant principal d'ICBC Afrique, dans une interview accordée à CHINAFRIQUE à Johannesburg. «Nous n'avons pas peur de la concurrence. La concurrence nous rend plus forts.»

L’influence de la Chine sur le secteur bancaire en Afrique est le début d’une ère nouvelle. Les estimations officielles atteignent les 200 milliards de dollars en 2012, s'agissant du commerce entre l’Afrique et la Chine. Poussés hors de leurs marchés domestiques par la crise de la dette, d’autres établissements financiers accroissent leur présence en Afrique.

Quel enjeu pour le développement!

19:03 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique, chine, afrique du sud, banque |  Facebook | | | Pin it! | |