UA-70978167-1

27/11/2014

La CEMAC en pleine expansion

La Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) est une organisation internationale regroupant plusieurs pays d’Afrique Centrale. Selon l’ONU, il s’agit des pays suivants: le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine, la République du Congo, et le Tchad.

Le traité instituant la CEMAC a été signé le 16 mars 1994 à Ndjamena (Tchad) et est entré en vigueur en juin 1999. Son siège est à Bangui (République centrafricaine.. La CEMAC a pour mission :

• d'établir une union de plus en plus étroite entre les peuples des États membres pour raffermir leurs solidarités géographique et humaine

• de promouvoir les marchés nationaux par l'élimination des entraves au commerce inter-communautaire, la coordination des programmes de développement, l'harmonisation des projets industriels

• de développer la solidarité des pays membres au profit des pays et régions défavorisés de créer un véritable marché commun

Les gains escomptés du libre échange en zone CEMAC sont importants. La CEMAC et la CEEAC (Communauté économique des Etats de l'Afrique Centrale) citée dans mon article précédent oeuvrent pour le développement de la sous région Afrique Centrale.

Ill'Mama

www.health-environment-program.org

23/03/2014

Cameroun : porte d’entrée de l’Afrique centrale

Le Salon international de l’entreprise, de la PME et du Partenariat de Yaoundé, PROMOTE 2014 tiendra sa 5e édition, comme pour les précédentes éditions en Afrique centrale au Cameroun. Les dix pays de l’Afrique Centrale regroupés au sein de la CEEAC (Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale), suivent le chemin de la croissance pour un développement durable.

Présentation du Cameroun:

« •Stabilité politique

• Abondance ressources naturelles (pétrole, bois, café, coton, cacao, caoutchouc et aluminium, immense potentiel en gaz naturel, fer, bauxite et cobalt, encore inexploité)

• Démarrage de grands projets d’infrastructure:

   - Hausse de la demande intérieure

   - Fourniture de biens et de services pour les différents projets

• Secteurs importants :

  - Bâtiments et travaux publics

  - Télécommunications

  - Projets d’infrastructures

  - Exploitation des ressources naturelles

•Climat d’affaires :

- Port important ; guichet unique a besoin de jusqu’à huit semaines pour traiter les dossiers

•Rapport « Doing business » de la Banque mondiale : 168e rang sur 189 économies - mise en place de nombreuses mesures pour faciliter la création d’entreprises et les investissements, mais grosses insuffisances en matière de gouvernance », source:Swisscham-Africa.

Ill'Mama

www.health-environment-program.org

11/01/2013

Cameroun : nouvelle impulsion à la filière cacao

Trois types de fèves sont mises sur le marché au Cameroun: le cacao dit de grade I dont le prix est bonifié du fait de sa qualité supérieure, le grade II et enfin le hors standard. Les fèves du café camerounais se caractérisent par leur couleur rougeâtre (rouge brique), qui leur est propre, leur arôme et leur pureté. Ces fèves ont longtemps fait le bonheur des grands chocolatiers du monde. Le Cameroun se classe au cinquième rang mondial des exportateurs selon les déclarations du Ministère du commerce et des organisations des acteurs du secteur dans ce pays de l'Afrique centrale.

La qualité du cacao s’améliore, afin de devenir plus concurrentiel sur le marché international. La sensibilisation est faite auprès des producteurs. Omer Gatien Malédy, secrétaire exécutif du Conseil interprofessionnel du cacao et du café, fait une tournée de sensibilisation visant à montrer à la communauté internationale les bonnes pratiques dans cette filière.

Le directeur exécutif de l’Organisation internationale du cacao, Jean-Marc Anga, a quant à lui tiré la sonnette d’alarme: aux plans mondial mais aussi national camerounais, il faut plus de fèves, des fèves de qualité, traçables, certifiées, durables économiquement et socialement, conformes aux normes de sécurité sanitaire, une production sans recours au travail des enfants. Mais, précise-t-il, pour que ceci se réalise, il faut que le planteur perçoive une partie de la prime payée par le consommateur qui achète ce cacao ou chocolat quasi irréprochable. «Il est normal de payer plus cher du cacao certifié», déclare-t-il, tout en sachant que, tôt ou tard, seul le cacao certifié sera recevable sur le marché international. Il ne sera alors, sans doute, plus question de le payer plus cher.

C’est un marché porteur pour l’économie camerounaise.

Ill'Mama

www.health-environment-program.org