UA-70978167-1

27/09/2015

Réfugiés: La solidarité est un choix et non une obligation

Chaque individu devrait disposer du droit de quitter son pays, mais il ne peut exiger d’être accueilli par la région de son choix. La solidarité est un choix et non une obligation. Ces propos sont contenus dans le Temps du 15 septembre sur le thème : Les réfugiés risquent fort d’être un fardeau.

Pour Sarah Leah Whitson et David Milleban, les refugiés occasionneraient d’avantages de coûts économiques que de gains. Michael Clemens pense que les salariés peu qualifiés du pays hôte craignent pour leur emploi. L’impact des réfugiés dépend surtout de la manière dont ces derniers sont intégrés, dit Ana Swanson du Washington Post. Elle pense que plus le processus est long et compliqué, les restrictions nombreuses, et plus les coûts des réfugiés augmentent pour le pays d’accueil. Le défi de l’accueil rapide des réfugiés reste naturellement compliqué, ceci étant dû à des craintes d’identité.

“Plus une société est mélangée, moins elle a de références communes et plus elle a besoin de règles et de lois pour imposer les valeurs qu’elle n’a plus”, selon Suzette Sandoz, professeur honoraire à l’Université de Lausanne.

13:49 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | Pin it! | |

14/09/2015

Madeleine Scherb fait une excursion le long des rives du Rhône (4)

4ème série de vidéos:


 


 


 


20:39 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rhône, genève |  Facebook | | | Pin it! | |

12/09/2015

La politique des taux d’intérêts négatifs et son impact sur la croissance économique

Comment inciter les agents économiques à emprunter lorsque les taux d’intérêts sont négatifs? Telle est la question que se posent beaucoup d’économistes. Les autorités de régulation bancaire imposent des normes prudentielles aux banques secondaires qui ne doivent octroyer du crédit aux entreprises et ménages qu’à certaines conditions. Analysons plutôt! Lorsque la masse monétaire augmente, le taux d'intérêt diminue. Ce qui permet d'augmenter l'investissement et donc de relancer la croissance en augmentant la demande agrégée.

La demande de monnaie varie inversement au taux d’intérêt, c'est-à-dire lorsque le taux d’intérêt est bas, les individus et entreprises ne souhaitent pas placer leur argent en achetant des bons du trésor mais préfèrent plutôt garder du liquide sur eux. ils thésaurisent. Cette demande est une fonction décroissante des taux d’intérêt. En revanche, à partir d'un certain taux d'intérêt, il n'est plus possible de relancer l'investissement en augmentant la masse monétaire. Les banques prendront alors moins de risques afin d’augmenter leur ratio de couverture et freiner ainsi l’investissement et la consommation. 

Les taux d’intérêts négatifs permettent de baisser les investissements étrangers et donc l’appréciation de la monnaie nationale. Les banques centrales prêtent des capitaux à des taux négatifs aux banques pour les inciter à accorder des crédits aux entreprises.

Le Traité de l’économie pure du français Léon Walras (1834-1910) met en exergue l’interventionnisme de l’État. Son oeuvre “Théorie du crédit” dans la Revue d’économie politique (1896) mérite d’être lue. Le fondateur du paradigme du marginalisme a une pensée interventionniste, rationaliste et axiomatique qui débouche sur l’équilibre général concurrentiel en micro-économie contrairement à l’économiste anglais John Maynard Keynes (1883-1946), fondateur de la macroéconomie. Ce dernier défend l’intervention de l’État dans le cadre de l’économie capitaliste. Il a contribué essentiellement à redéfinir le rôle de la monnaie. Son oeuvre maîtresse est écrite en 1936, la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie.

George Gilder et Arthur Laffer de l’Université de Californie du Sud ont démontré que les difficultés économiques contemporaines proviennent d’une insuffisance de l’offre de facteurs de production due à l’intervention de l’État.

La théorie des déséquilibres serait-elle la mieux approprié face à l’introduction des taux d’intérêts négatifs? Le développement suivra dans les prochains articles.

22:04 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : taux d'intérêt négatifs, économie |  Facebook | | | Pin it! | |

10/09/2015

Ma contribution à l'empowerment of women

image.jpg

 

Madeleine Scherb à été invitée au forum organisé à l'ONU sur l'empowerment of women. Voici la photo sur la haie d'honneur des drapeaux du monde entier.

13:16 Publié dans Air du temps, Health and Environment Program | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : empowerment of women |  Facebook | | | Pin it! | |

09/09/2015

« Discrimination à l’égard des femmes » - 7 ème Forum international des ONG à l'ONU

Depuis ce matin, 9 septembre 2015, la femme est au centre des discussions sous l'impulsion de la société civile au sein de l'ONU. C’est un plaisir et un honneur  en ma qualité de femme de participer à cette rencontre sur les droits économiques, sociaux et culturels de la femme, au travers de la mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à son égard.
 
Dans la perspective d’un développement humain harmonieux et durable, la femme a un rôle important à jouer.
 
Plusieurs Objectifs du millénaire sont maintenus et devront être débattus à la prochaine réunion des Nations Unies à New York du 25 au 27 septembre prochain.

21:19 Publié dans Air du temps, Health and Environment Program | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : onu, droit des femmes |  Facebook | | | Pin it! | |

08/09/2015

Jens Weidmann : La banque centrale des banques centrales a un nouveau président

Jens Weidmann : économiste et nouveau patron de la Banque des règlements internationaux (BRI), vient d'être élu par le conseil d’administration ce dimanche. La BRI a donc un nouveau président en la personne de l’économiste allemand Jens Weidmann, ancien président de la Deutsche Bundesbank. C’est dans un communiqué de la BRI daté de ce lundi que nous l’apprenions. L’illustre économiste prendra officiellement ses fonctions le 1er novembre prochain. La BRI regroupe 60 banques centrales avec pour mission de promouvoir la stabilité monétaire et la coopération internationale. Cette grande institution créée en 1930 et basée à Bâle en Suisse est qualifiée de «banque centrale des banques centrales», car seules les banques centrales en sont membres.

12:21 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! | |

06/09/2015

Madeleine Scherb fait une excursion le long des rives du Rhône (3)

3ème série devidéos:


 


 


 

 

15:10 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, rhône, rives du rhône, excursion, écologie |  Facebook | | | Pin it! | |

03/09/2015

Banque centrale et monnaie africaine dans une Afrique avec les frontières

A quand la Banque centrale et la monnaie unique africaine lorsqu'on sait que les frontières sont encore fermées entre les pays africains? Nous sommes en train de travailler. On peut fixer un horizon. Peut-être 2030. Nous avons préféré adopter une approche graduelle. Constituer d'abord des sous-régions. Il y en a six. Pour rester conforme à la théorie économique, notamment celles des zones monétaires optimales où il faut d'abord un minimum de convergence macroéconomique au niveau de l'économie réelle avant de passer au monétaire. C'est pour cela que nous avons préféré constituer ces groupements sous-régionaux, a déclaré le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), monsieur Lucas Abaga Nchama lors d’une interview avec le journal Diapason.

Le gouverneur de la BEAC vient d'être élu président de l'Association des banques centrales africaines.

Félicitations!

18:43 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : beac, lucas abaga nchama |  Facebook | | | Pin it! | |

La FINMA et la BNS dans le financement de l’économie suisse

Notre activité commerciale sur le long terme repose sur le triangle constitué par une clientèle satisfaite, un personnel motivé et un environnement intact. Nous voulons avoir du succès sur le plan économique, afin d'atteindre au mieux ces objectifs. En ayant un comportement équitable à l'égard de notre personnel et en respectant la nature, nous créons une valeur ajoutée sociale et écologique et nous assumons ainsi nos responsabilités en notre qualité de grand établissement financier suisse, s’était exprimé Hansruedi Köng, président du comité directeur PostFinance SA.

De nouvelles banques font leur apparition. C'est le cas de PostFinance. Le 29 juin dernier, la BNS en consultation avec la FINMA ont déclaré PostFinance comme étant une banque d'importance systémique, c'est-à-dire trop grande pour faire faillite. Ce mardi, le communiqué a été fait par la BNS. L'importance des actifs de sa clientèle élevés à 113 milliards à fin juin, contre seulement 60 milliards en 2008, en est la preuve. 

La FINMA, à travers ses enquêtes sur le fonctionnement des banques suisses. a pour mission d'assurer le bon fonctionnement des marchés financiers, la protection des créanciers, des investisseurs et des assurés. Les méthodes d’évaluation des banques d’importance systémiques mondiales se fondent sur des critères définis par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (CBCB) et le Conseil de stabilité financière (CSF). En rejoignant UBS, Credit Suisse, Raiffeisen et la Banque cantonale de Zurich (BCZ), PostFinance devient une banque d'importance systémique. "Il dépasse les 14% de fonds propres requis actuellement", a déclaré Hansruedi Köng.

Chaque établissement bancaire est donc soumis à des obligations redditionnelles. Une obligation redditionnelle est l’obligation imposée à un gestionnaire de démontrer qu’il a géré ou contrôlé, en conformité avec certaines conditions explicites ou implicites, les ressources qui lui ont été confiées. Les données des banques doivent être divulguées une fois par an. Selon la BNS, la Poste est désormais trop grande pour faire faillite, “too big to fail”.

12:51 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : banque, finma, bns, postfinance |  Facebook | | | Pin it! | |

31/08/2015

Madeleine Scherb fait une excursion le long des rives du Rhône

En vidéos:

 


 


 


 

 

11:43 Publié dans Air du temps, Environnement, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rhône, genève, excursion, rives du rhône |  Facebook | | | Pin it! | |

25/08/2015

PostFinance face à l’innovation et le frein à l’utilisation de la carte bancaire: quelle sécurité pour le consommateur?

Le monde change et ses habitudes aussi. A l'heure du numérique, c’est la course contre la montre. Les paiements se font de plus en plus par téléphone (mobile digital services). Dans ce milieu devenu très concurrentiel, les banques se sentent lésées. Les techniques se développent, les gens sont de plus en plus pressés, fini les files d’attente dans les banques.

Pas de temps à perdre, tout va vite ainsi va le monde. A cette vitesse, les banques doivent s’adapter à la concurrence et aux besoins accrues des consommateurs. Le smartphone ou l’iPhone deviennent des porte-monnaies que l’on sort afin de payer un achat. Ce nouveau mode de paiement assure le consommateur contre la perte de son porte-monnaie.

Comment la carte bancaire survivra-t-elle face à la révolution numérique? La technologie mobile vient bouleverser les habitudes de consommation et crée la compétitivité entre entreprises: Les smartphones, iPhones et autres tablettes sont devenus des plateformes de services financiers équipées d’applications de paiement mobile que l’on peut aisément installer.

En Suisse, PostFinance vient ainsi de lancer son application qui permet de relier gratuitement son portable à n’importe quel compte bancaire ou postal. Beaucoup de magasins la testent d’abord à Lausanne, puis à Genève.

14:02 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! | |

23/08/2015

Un accroissement des taux d’intérêt négatifs est-il nécessaire à la Banque nationale suisse?

L’appréciation excessive du franc et de certaines autres monnaies amènent de nombreux économistes à préconiser l’interdiction totale de l’usage de l’argent liquide. Les statistiques en termes de quantités détenues en cash physiques ne cessent de s’accroître dans nos banques. Selon une étude récente, la Banque nationale suisse détenait plus de 40 milliards de francs en billets de mille francs à la fin de l’année dernière. Par ailleurs, la Banque des règlements internationaux évoque une hausse de 21% en dollars, de 30% en euros et de 23% en francs sur cinq ans d’argent liquide.

De ce constat, certains économistes prônent une interdiction pure et simple de l’argent liquide. Leur idéologie repose sur les crises financières qui pour eux, ne sont que des conséquences d’une répression fiscale et financière des gouvernements. S’y ajoute également, pensent-ils, la politique ultra-expansive des banques centrales cherchant à hausser encore plus les taux d’intérêt négatifs. C’est le point de vue des économistes Kenneth Rogoff ou Larry Summers.

La politique monétaire de la Banque nationale suisse est d’appliquer des taux négatifs aux avoirs qui excèdent 20 fois les réserves minimales. Toutes les banques n’adoptent pas cette politique en Suisse à en croire Yves Mirabaud : “La logique voudrait que toutes les banques soient obligées de taxer leurs clients non domiciliés en Suisse. Que ceux-ci paient une prime s’ils entendent toujours pouvoir bénéficier du franc comme valeur refuge”.

L'interdiction de l'argent liquide comme solution donnerait la possibilité d'intérêts négatifs beaucoup plus élevés. Ce qui par ailleurs engendrerait des incitations autrement plus puissantes à se replier sur l'argent liquide.

 

 

05:40 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! | |

17/08/2015

Remo Gysin aux commandes de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE)

Je m’intéresse à cette organisation d’autant plus que je suis mariée à un Suisse. C’est en compagnie de mon mari que je découvrais vendredi dernier l’OSE. Le Centre international de conférences a abrité le 93eme Congrès de l’OSE qui a duré trois jours dans la Genève internationale. A cette occasion, Remo Gysin, ancien conseiller national et conseiller d’Etat a été élu nouveau président de cette organisation en remplacement de Jacques-Simon Eggly. La prochaine édition aura lieu l’année prochaine à Berne.

19:09 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! | |

14/08/2015

Feux d'artifice du samedi 9 août 2015: série de vidéos prises par Madeleine Scherb depuis le lac de Genève






06:31 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : feux d'artifice, genève, lac de genève |  Facebook | | | Pin it! | |

10/08/2015

Fêtes de Genève 2015: feux d'artifice, vidéo prise par Madeleine Scherb sur le Lac Léman


09:03 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : feux d'artifice, genève. lac de genève |  Facebook | | | Pin it! | |