UA-70978167-1

27/09/2015

Réfugiés: La solidarité est un choix et non une obligation

Chaque individu devrait disposer du droit de quitter son pays, mais il ne peut exiger d’être accueilli par la région de son choix. La solidarité est un choix et non une obligation. Ces propos sont contenus dans le Temps du 15 septembre sur le thème : Les réfugiés risquent fort d’être un fardeau.

Pour Sarah Leah Whitson et David Milleban, les refugiés occasionneraient d’avantages de coûts économiques que de gains. Michael Clemens pense que les salariés peu qualifiés du pays hôte craignent pour leur emploi. L’impact des réfugiés dépend surtout de la manière dont ces derniers sont intégrés, dit Ana Swanson du Washington Post. Elle pense que plus le processus est long et compliqué, les restrictions nombreuses, et plus les coûts des réfugiés augmentent pour le pays d’accueil. Le défi de l’accueil rapide des réfugiés reste naturellement compliqué, ceci étant dû à des craintes d’identité.

“Plus une société est mélangée, moins elle a de références communes et plus elle a besoin de règles et de lois pour imposer les valeurs qu’elle n’a plus”, selon Suzette Sandoz, professeur honoraire à l’Université de Lausanne.

13:49 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | Pin it! | |

Commentaires

Enfin un journal qui ne se contente pas de chanter avec la chorale.

Écrit par : norbert maendly | 15/09/2015

tout à fait. l'un des essentiels est savoir comment rendre service aux would-be à l'exode sous pression devant leur avenir dans leurs terres de conflits

en étant nous-mêmes en mesure de le faire.

De ces essentiels, le premier est l'assurance d'une stabilité des droits auxquels ils aspirent,

par le simple respect de la souveraineté de nos pays: où ce qui compte aux yeux des migrants sont l'assurance de leur sécurité par nos lois

dont celles qui ont prévu l'accord du droit d'asile et son encadrement.

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 18/09/2015

Si je comprends bien, la solidarité, c'est bien, à condition que ce soient d'autres pays qui l'appliquent.
Vous me permettrez en outre d'avoir quelques doutes concernant la pertinence des propos de Mme Sandoz.

Écrit par : Michel Sommer | 25/09/2015

Si j'ai bien compris un immigrant illégal recevra 670 Euros et donc plus que ce que touche un citoyen français au RSA. Sans parler du logement gracieusement fourni comme à cette famille congolaise à Genève à la rue des Tulipiers. Je croyais que nous (les pays européens) étions dans les chiffres rouges.
http://www.hungarianambiance.com/2015/09/not-bad-germany-plans-to-pay-refugees.html
http://pierrescherb.ch/le-reve-des-familles-genevoises-se-concretise-pour-des-requerants-dasile-condamnes/
Je croyais également que les délinquants devaient être expulsés.

Écrit par : Charles | 26/09/2015

"Je croyais également que les délinquants devaient être expulsés." Oui Cela a été voté par le peuple il y a 4 ans déjà!

Rien n'a été fait par mme sommaruga et ses parlementaires véreux pour mettre celle loi en application.

A la lumière de ces faits, il ne faut pas renvoyer à Berne (notamment les romands) les complices de cette imposture, mais bien donner un bon coup de sac pour que le parlement soit très à droite; vous savez du côté où l'on respecte la volonté populaire exprimée!

Écrit par : Corélande | 26/09/2015

Les commentaires sont fermés.