UA-70978167-1

17/09/2014

Les gaz à effet de serre dans la société de consommation d’aujourd’hui

Les gaz à effet de serre rejetés dans la nature proviennent, entre autres, de la volonté à produire des biens de consommation. Ils ont atteint un niveau record en 2013 depuis 1984, année des premières mesures fiables selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Cela pourrait être lié à la réduction des quantités de C02 absorbées par la biosphère terrestre alors que les émissions de ce gaz continuent de croître. L’état de la qualité de l’air pourrait continuellement se dégrader, toutefois des solutions existent. Il convient pour chaque pays de mesurer annuellement selon ses moyens des indicateurs en termes de quantités émises en référence à leur valeur limite : le dioxyde d’azote (N02), l’ozone (03) et les particules fines (PM10). Avec ces chiffres, prendre les bonnes décisions pour améliorer, stabiliser ou réduire la concentration du C02 dans l’atmosphère est nécessaire.

Entre autres, la déforestation mondiale cause 17% des émissions globales de C02, l’abattage illégal des arbres représente 30% du marché mondial. Une garantie écologique est à promouvoir. Pour ne citer que cet exemple, voir combien la production peut influer sur la pollution: une voiture a besoin d’énergie pour sa fabrication; il y a donc rejet de gaz carbonique. Ces gaz assemblés doivent forcément être rejetés dans la nature. Il est logique d’en prendre conscience et de trouver des solutions. A cet effet, l'industrie a encore besoin d'innovation.

Enfin, selon le site Internet Live Stats, Internet est en constante croissance. Le revers de la médaille est que l'électricité consommée pour faire fonctionner le réseau a généré au moins 2,17 millions de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) rejeté dans l'atmosphère rien que pour la journée de mardi en Suisse. Ce chiffre correspond aux émissions totales de gaz a effet de serre (en équivalent carbone) de la Suisse pendant 15 jours.

Ill'Mama

www.health-environment-program.org

Les commentaires sont fermés.