UA-70978167-1

17/03/2013

« Casse toi pov’con » : la cour européenne des droits de l’homme (CEDH) tranche

En 2008, alors que Nicolas Sarkozy était en visite à Laval, en référence à ses propos tenus au Salon de l’agriculture à l’adresse d’un homme qui n’a pas voulu lui serrer la main, le militant proche des mouvements altermondialistes, Hervé Eon, a brandi une affichette « Casse toi pov’con » devant la voiture du Président de la République de l’époque.

Hervé Eon sera donc par la suite traduit en justice pour « offense au chef de l’Etat » et écopera d’une amende de 30 euros avec sursis, décision confirmée en appel. Il fera donc recours à Strasbourg, à la CEDH.

Hier, la Cour lui a partiellement donné raison. Pour elle, l’affichette était « littéralement offensante à l’égard du Président de la République », mais elle ne constituait pas pour autant « une attaque personnelle gratuite ». Les juges ont estimé qu’il s’agit plutôt d’une critique « de nature politique » à laquelle un homme politique s’expose « inévitablement et consciemment ». En reprenant une phrase prononcée par le président lui-même, M. Eon a par ailleurs « choisi le registre satirique », a ajouté la Cour. Et le recours à une sanction pénale était donc « disproportionné », a-t-elle conclu.

Ill’Mama

Les commentaires sont fermés.