UA-70978167-1

14/01/2013

Le label Max Havelaar : Les pays en développement face au commerce équitable

Le café, le thé, le chocolat et les jus de fruits demeurent le fonds de commerce du commerce équitable. Une page nouvelle est en train de s’écrire, les règles du commerce international évoluent. Il ne s’agit plus de lutter contre le capitalisme, mais plutôt de le rendre plus humain. Ainsi, le producteur doit-il bénéficier d'une rémunération juste. Le commerce équitable aura donc pour but de lui garantir un prix minimal et rémunérateur.

Une étude récente de l’association Max Havellar (Fairtrade) qui labellise plus de 150 marques, rapporte que « le commerce équitable ne bénéficie pas seulement aux paysans et à leurs organisations, mais peut également donner un élan au développement de l’ensemble de la région. Ce faisant, l’impact du Label Fairtrade dépend fortement du montant des ventes Fairtrade et de la qualité d’organisation des regroupements de producteurs. » Par ailleurs, dans le cas des coopératives de café et de bananes étudiées, la certification Fairtrade est à l’origine d’un développement local et national. Du fait que les paysans se regroupent, échangent et parlent d’une seule voix, le label Fairtrade modifie les modes de fonctionnement des zones rurales, selon la même source.

L’industrie agroalimentaire, du cosmétique, et de la grande distribution marquent ce commerce.

Ill’Mama

 

www.health-environment-program.org

07:59 Publié dans Air du temps, Economie/Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! | |

Les commentaires sont fermés.