UA-70978167-1

27/04/2011

Le Prince William : l'Afrique c'est comme une seconde maison

 

Le futur roi d'Angleterre a une passion pour l'Afrique. C'est dans dans la réserve de Lewa Downs, au Kenya que le prince a demandé la main de Kate Middleton le 19 octobre 2010. Déjà à 21 ans, il séjourne pendant près de deux mois au Kenya où il collabore avec des associations locales sur la préservation de la faune et de la flore. Sa réserve, « la Balmoral d'Afrique » est connue pour protéger des rhinocéros noirs.

« L'Afrique c'est l'endroit parfait où aller. Les gens ne savent pas qui je suis et j'adore ça ....quand je descends de l'avion, je me dis, ça y est, je suis de retour. Je suis ici pour travailler, mais je ne peux m'empêcher de ressentir ça. L'Afrique c'est comme une seconde maison » a-t-il eu à dire.

Parmi les 1 900 invités au mariage de William et Kate ce vendredi 29 avril, on pourrait dénombrer plusieurs personnalités africaines comme la princesse marocaine Lalla Salma, le prince du Lesotho, Seeiso Bereng Seeiso et son épouse la princesse Mabereng Seeiso, ou encore la Sud-Africaine Charlene Wittstock, future épouse d'Albert II de Monaco.

« Prince William's Africa », le documentaire réalisé par Ben Fogle devenu un proche du Prince a été diffusé sur la chaîne britannique Sky1 le 20 octobre 2010.

Sa mère Lady Diana s'est engagée pour l'Afrique dans la lutte contre le sida et la défense des enfants pauvres. Disons que le Prince William suit les traces de sa maman, une icône.

Jour J-2, le prince William  et son amour Kate vont se marier ! Son amour pour l'Afrique, passionnant aussi ?

 

Ill'Mama

10:56 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : prince william, kate middleton, lady diana |  Facebook | | | Pin it! | |

Commentaires

Bonjour,

Considérant l'écriture comme un exutoire moins cher qu'un psy, je ne peux que saluer cette démarche : celle d'écrire. Mes propos pourront vous paraître virulent mais l'empathie vous permettra de vous mettre à ma place et comprendre que mes propos ne sont pas dirigés contre vous.

Voilà un an qu'on nous bassine avec le mariage princier. A l'heure ou religion, dictateur et autre institution non philantrope boivent les dernières heures de leur poison, je suis sidéré par l'attachement traditionnel de la masse pour une monarchie qui a plus que prouver son inutilité et qui a de plus causé la mort hier et aujourd'hui encore.

Cela dit on peut se permettre de rêver à cette vie de rêve à laquelle on ne touchera jamais. Dès lors un sentiment de vie par procuration se forge et nous fait oublier les propos ridicules, qui ne tiennent même pas sur un trône, de William.

"Les gens ne savent pas qui je suis et j'adore ça ....quand je descends de l'avion, je me dis, ça y est, je suis de retour. Je suis ici pour travailler, mais je ne peux m'empêcher de ressentir ça. L'Afrique c'est comme une seconde maison » a-t-il eu à dire."

Tu vas en Afrique est les gens ne savent pas qui tu es? ca voudrait dire que tu n'as aucune garde rapprochée, tu es seul? A l'heure ou le passage d'une douane est aussi délicieuse qu'un touché rectale je peine à croire... Voyons Ben Laden ne t'embête pas à passer des douanes si tu veux frapper un grand coup, il te suffit d'attendre William au Kenya. Tu le trouveras à torse nu avec un sarong balayant le chemin.

Ces parent et grand parents ont prit mon peuple africains pour des cons avec l'indépendance par exemple, c'est pas ce jeunot de 2 ans mon cadet qui va me la faire. Là ou je le crois réellement c'est que l'Afrique est une seconde maison... le problème c'est qu'elle est pour beaucoup de gens, de religieux, politiciens surtout.

Là ou Diana était une rebelle vis à vis du pouvoir, William n'est que le pauvre orphelin d'une femme admirable. Grandir dans ce milieu n'a pas dû être simple et pour que le peuple l'aime, il lui suffit simplement de faire, aux yeux du public, ce que sa mère faisait.

Je lui tirai mon chapeau le jour ou les terres administrativement réservées pour la reine d'Angleterre à l'Ile Maurice seront données aux réfugiés de Diego Garcia. En effet, des gens ont tout simplement été expulsé de chez eux en 1971 car l'Ile a été loué aux Americains pour une base militaire... Ces gens ont perdu, maisons, animaux et tout leur vie sans avoir même la possibilité d'y retourner.

En conclusion, derrière chaque rêve il y a un cauchemar, le tout c'est de vouloir le voir et de rester derrière ses oeillères.

Bien à vous

Écrit par : plumenoire | 27/04/2011

On se souvient des frasques du colonel Kadhafi

On se souvient des frasques du colonel Kadhafi, reçu en grandes pompes à l’Elysée, après avoir imposé l’installation de sa tente de bédouin dans le parc du palais de Marigny. La ministre Rama Yade avait été choquée et avait cru devoir préciser que la France n’était pas un « paillasson sur lequel on pouvait s’essuyer ». Elle avait montré alors beaucoup de dignité au moment où Nicolas Sarkozy était pourtant au firmament des sondages.

Il s’agissait bien d’un courage politique que l’inconscience ou, plutôt, la jeunesse pouvait permettre. C’était en d’autres temps, du temps où la France espérait placer 10 milliards de matériel alors qu’au final, elle n’a signé que 200 millions d’euros de contrats restés impayés et à la charge des contribuables français !

Mais le temps passe et en d’autres cieux, le président libyen du CNT (Conseil National de Transition), Moustapha Abdeljalil, vient d’être reçu par le chef de l'Etat français et il a demandé à la France d'intensifier ses frappes contre les forces du colonel Kadhafi et d'accroitre son aide humanitaire. Cette personnalité libyenne, qui s’affiche au devant de l’actualité et sur les marches de l’Elysée, a eu pourtant un parcours ne manquant pas d’originalité.

Mais la diplomatie française ne s’embarrasse ni de morale et ni de souvenirs. Nicolas Sarkozy, qui fait face à sa propre expérience militaire avec un risque de désastre, a mis les pieds dans le bourbier libyen qui pourrait devenir, pour lui, un petit Afghanistan.

Il est donc prêt à toutes les compromissions, même celle d’oublier l’affaire des infirmières bulgares dénouée par sa précédente femme, Cécilia. Cette longue procédure diplomatique et judiciaire a eu lieu en Libye entre 1999 et 2007 et dans laquelle les inculpés, cinq infirmières bulgares et un médecin anesthésiste d’origine palestinienne naturalisé bulgare furent accusés sans preuves de plusieurs crimes.

Les six inculpés ont été condamnés à mort après un procès douteux et un chantage odieux. Cette histoire doit être rappelée car le président du CNT libyen, Moustapha Abdeljalil, celui-là même qui veut remplacer aujourd’hui le colonel Kadhafi à la tête de la Libye, fut à son heure de gloire le Président de la Cour d'Appel.

En cette qualité, il confirma notamment la condamnation à mort des cinq infirmières et du médecin bulgares, malgré le retentissement international de l’affaire. Il fut d’ailleurs récompensé en devenant, de 2007 à 2011, secrétaire du Comité général du peuple, autre intitulé de Ministre de la Justice. C’était en d’autres temps et en d’autres cieux.

Écrit par : Hani Ramadan | 28/04/2011

Les commentaires sont fermés.