UA-70978167-1

18/04/2011

Côte d'Ivoire : le conseil constitutionnel constate la vacance du pouvoir

 

L'information est passée sous silence mais elle est pourtant de taille. Le Conseil Constitutionnel de la République de Côte d'Ivoire a constaté la vacance du pouvoir il y a quelques jours à Abidjan.

Logiquement, c'est donc comme le veut la Constitution Ivoirienne, le Président de l'Assemblée Nationale qui doit assurer une nouvelle transition politique devant aboutir sur de nouvelles élections. Alassane Ouattara et ses soutiens internationaux le savent c'est pourquoi ils ont exigé dès lundi 11 avril 2011 du Président légal de la RCI, M. Laurent Gbagbo, la signature d'un acte de démission, autant dire, d'une capitulation. L'Histoire reconnaîtra la grandeur de cet homme qui, assiégé par des tanks français et des rebelles sans foi ni loi, bombardé par des missiles onusiens, disons-le sans détour, de « l'opération Licorne », a fait fi de sa vie en refusant d'apposer sa signature au bas d'un document inique. Certaines indiscrétions font même état de sommes, en millions d'euros, qui ont été proposées à Laurent Gbagbo, à vie, s'il démissionnait. On croit rêver.

La loi de la jungle, c'est-à-dire celle du plus fort, veut s'appliquer dans toute sa rigueur aux Ivoiriens. Nous leur disons aujourd'hui, faites appel à votre loi fondamentale, montrons leur qu'au XXIe siècle, les africains sont conscients désormais d'être devenus, au bout de cinq siècles d'exploitation, la civilisation qui connaît «la plus longue servitude de tous les temps ».

Un coup d'état international des fascistes libéraux

Un monstre, le libéral-fascisme, menace l'Afrique en général et l'Afrique francophone plus que jamais. Son objectif est de faire payer sa crise financière internationale à ceux qui ont été considérés depuis toujours comme des esclaves. Cet « Homme Africain qui n'est pas assez entré dans l'Histoire » comme le disait le Président Nicolas Sarkozy dans son fameux discours de Dakar en 2007. Il est urgent pour les Ivoiriens qu'ils utilisent les armes du droit et de la raison face au déploiement de la force brutale.

Comment Alassane Ouattara peut-il être Président de la Côte d'Ivoire alors même qu'il n'a pas prêté serment devant le Conseil Constitutionnel et que cette même institution ne l'a pas reconnu comme Président de la République ? C'était pourtant l'exigence minimale de l'Union Africaine. Le silence de la plupart des Chefs d'Etat du continent africain, qui n'ont pas noyé M. Ouattara sous les félicitations est éloquent. Certes quelques uns (le Président de la Guinée Equatoriale par exemple) auraient félicité M. Ouattara mais il est clair que le fait que ce dernier s'avise à marcher sur les institutions d'un pays qu'il est supposé diriger n'est pas rassurant.

A vrai dire, le Président de la Communauté internationale, l'ami du Président français, n'a pas d'autre solution s'il veut favoriser des institutions fortes selon le discours du Président Obama à Accra, que d'assumer son coup d'Etat international devant le monde, mais les coups d'Etat sont mal vus par l'Union Africaine, ou alors de retourner aux urnes. Il a prêté serment par écrit dit-il, mais nous lui répondons que le Conseil Constitutionnel ne l'a pas déclaré Chef de l'Etat.

Un imbroglio politico-militaro-juridique

La puissance ne suffit pas si elle ne se greffe pas sur le droit et avant tout sur celui des Etats. Si le « coup d'Etat international » de M. Ouattara est accepté alors n'importe qui pourra se déclarer Président de la République n'importe où à l'avenir. Si l'option armée est privilégiée sur la légalité alors tous les peuples africains doivent savoir qu'ils sont perdus pour plus d'un siècle sans doute.

Les élections dans nos pays ne seront toujours qu'une plaisanterie. La rapacité des ultra-libéraux qui tiennent les médias et les pouvoirs politiques occidentaux risquent de nous entraîner dans un nouvel esclavage qui ne dit pas son nom. Voilà pourquoi toute l'Afrique doit protester derrière les Ivoiriens.

Aucun africain digne de ce nom ne peut accepter ce que M. Ouattara a fait à la Côte d'Ivoire : financer un premier coup d'Etat contre M. Konan Bédié fin 1999 ; sponsoriser une rébellion armée en 2002, oublier qu'il doit son retour dans le jeu politique ivoirien à M. Gbagbo ; privilégier la brutalité en marchant sur des milliers de cadavres pour réaliser son rêve de Chef d'Etat ; cacher au monde entier le fait qu'il ne peut pas prêter serment par écrit et se considérer comme Chef d'Etat. Où a-t-on vu cela ? Le Conseil Constitutionnel Ivoirien ne peut pas se dédire. Ou alors, il faut que le Parlement dissolve le Conseil Constitutionnel. D'autres veulent nous réduire au rang de « primates à peine évolués » et M. Ouattara est en train de leur donner des arguments en écrasant sous un tapis de bombes le droit de son pays. Des dictateurs comme Omar Bongo faisaient au moins semblant de respecter la Constitution du Gabon ! Pourquoi pensez-vous que le clan Bongo bichonne autant la Cour Constitutionnelle de la République Gabonaise ? Mais c'est bien parce qu'il sait qu'une fois les recours des autres candidats aux présidentielles déposés, et après que la Cour Constitutionnelle ait validé une élection contestable, le tricheur qui prête serment devant la Cour et les institutions du pays devient légalement le Président.

Que devons nous faire ? La guerre ? Il faut croire que les acteurs politiques gabonais soient plus légalistes qu'Alassane Ouattara, c'est pourtant sur la décision de la Cour Constitutionnelle Gabonaise, malgré les preuves de la tricherie, que le Président Nicolas Sarkozy a été le premier à féliciter Ali Bongo Ondimba en 2009. Les ultra-libéraux qui en veulent coûte que coûte aux richesses du Golfe de Guinée ne parviennent même plus à cacher leurs mensonges.

Si Laurent Gbagbo, le Président légal de la Côte d'Ivoire, doit partir, alors pourquoi Ali Bongo reste-t-il au pouvoir ? Pourquoi n'est-ce pas André Mba Obame, officieusement vainqueur du scrutin présidentiel de 2009, n'est-il pas installé sur le fauteuil présidentiel au Gabon ?

Alors, cher Peuple Ivoirien, courage. Battez-vous au nom de la loi car Monsieur Ouattara et ses soutiens internationaux ont déjà perdu la bataille du droit.

Par Ivoire Business (Bruno BEN MOUBAMBA)

 

Ill'Mama

 

16:30 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : côte d'ivoire |  Facebook | | | Pin it! | |

Commentaires

des ivoiriens. ont faim.

Écrit par : Arsene | 18/04/2011

la souveranite aux ivoiriens

Écrit par : justin | 18/04/2011

arsene toi qui nous de revolutionnaire de 2011 pourquoi ton cher ado et toute la clique de soi disant democrate du monde avec toute votre grandeur intellectuelle n'avez pas eu le courage d'apliquer le seul acte de verite le plus democratique et le moins couteux pour les ivoiriens q'etait le recontage des voix. car la guerre faite en cc 10 fois plus couteuse que cette solution la sera paye sur tous les plan par les ivoiriens. alors mon cher arretez de vous foutre de vous meme car vous avez tout juste eu peur d'avoir honte car vous n'aurez jamais prouve ce pourcentage . dire tout juste que jai gagne n'ai pas un argument dans un debat il faut pouvoir le demontrer
vive la cote d'ivoire
vive l'afrique

Écrit par : gilo | 18/04/2011

à lire

Écrit par : yayica | 18/04/2011

...en cote d'voire nous avons fait des élections...

Écrit par : ce | 19/04/2011

Cette "information" diffusée sur quelques blogs pro-Gbagbo pourrait-elle être étayée par un lien vers une source d'information (site officiel, journal, etc.) ? Merci d'avance !

Il semble en effet que le Président du Conseil constitutionnel a quitté Abidjan depuis quelque temps, et je n'ai pas eu connaissance de réunion du Conseil en son absence.

http://www.aip.ci/indexL.php?idl=18710&Kt_Lecture=1

Écrit par : FrédéricLN | 21/04/2011

Les commentaires sont fermés.