UA-70978167-1

03/04/2011

Comores : qui a demandé à la France de lancer un référendum à l'Ile de Mayotte ?

 

Le gouvernement des Comores s'oppose fermement à l'annexion d'une de ses îles par la France, à savoir l'Ile de Mayotte qui vient d'être bombée 101e territoire de France. En effet, l'Ile de Mayotte est un territoire situé au milieu du canal du Mozambique dans l'Océan indien. Au moment de l'accession de l'Union des Comores à l'indépendance, les Nations Unies avaient condamné l'occupation de l'île de Mayotte par la France. Les Comores appellent maintenant l'Union européenne à la rescousse.

Cette quatrième île de l'archipel des Comores regorge d'une population de près de 200'000 personnes avec une superficie de 376 km2. Le 12 novembre 1975, l'Organisation des Nations Unies a admis l'Etat comorien en son sein, en tant qu'entité composée de quatre îles (Grande-Comore, Anjouan, Mohéli, Mayotte) et réaffirmé le respect de l'unité nationale et l'intégrité territoriale des Comores. Cependant, depuis hier, l'Ile de Mayotte est devenue le 101e département français, son président du Conseil général devrait être élu le dimanche prochain. Sa monnaie est d'ores et déjà née : l'euro de Mayotte.

Dans son ouvrage « Comores-Mayotte: une histoire nèo-coloniale » Pierre Caminade dénonce la stratégie militaire de Paris en ces termes : « Les habitants de Mayotte ont été largement trompés par leurs élites. Cela a commencé au début des années 60. A l'époque, Mayotte avait tout le pouvoir économique et politique. Et sur décision des autorités françaises, ces pouvoirs ont été transférés à Maroni, très loin, tout au sud de l'archipel. Ce qui a suscité la rancœur des Comoriens des autres îles et notamment des Mahorais qui ont ensuite voté pour l'indépendance en 1975. Si Paris a toujours tenu à garder la main sur ce territoire d'outre-mer, c'est clairement avec un but militaire. Avant 1975 avec l'installation d'une base sous-marine et ces dernières années, en 2010, avec la mise en place d'antennes du réseau d'écoutes satellitaires ».

Quelle vision pour cette partie de l'Afrique et de l'Océan indien en particulier ?

 

Ill'Mama

 

11:58 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : comores, france, ile de mayotte |  Facebook | | | Pin it! | |

Commentaires

Aricle honnête, objectif et qui situe dans sa parfaite synthèse le drame d'une déclonisation ratée, aun fil des ans de plus en plue meurtrière avec la mort et la disparition en mer d'innocents en route vetrs leurs familles installées à Mayotte.

Écrit par : sultan chouzour | 01/04/2011

L'existence d'une base militaire ou d'antennes satellitaires jouent un rôle éminemment mineur dans la question du maintien de la présence française à Mayotte. Ces installations peuvent être maintenues à bien moindre coûts (accords de défense comme à Djibouti) sans que cela nécessite de prendre à sa charge une population entière avide des subsides venant de la métropole.
__il insinue que les habitants de Mayotte n'ont pas la capacité de juger là où sont leurs intérêts. Ils ont été trompés à la fois lors des référendums de 1974, 1976 et n'ont toujours rien compris en 2010.

Écrit par : sek | 01/04/2011

"l'euro de Mayotte"??? non, ici la monnaie officielle est bien l'euro tout court, comme en France métropolitaine !

Écrit par : mendes | 01/04/2011

Bonjour,

Sarko n'a pas le droit de faire des consultations isolées dans des confetis perdus au bout du monde sans consulter la population de France. Car c'est nous qui vont payer la note pas eux. Surement il vont dire "oui" ! qu'on prenne leur misère en charge.

Mais SARKO aura des comptes à rendre face à ses decisions qui n'engagent que lui et doivent etre remise en cause.

Pendant ces temps difficiles, on ne va pas augmenter des charges sachant que nous avons du mal à nous en sortir. D'autant plus que les Nations Unies condamne la présence de la France à Mayotte depuis une vingtaine d'années. Cela decredibilise la France en tant que puissance dans le monde et rendra sa voix de donneur de lecons bientot inaudible !

Est ce que tout cela valait le coup? Nos dirigeants actuels parraissent incompétents en matière de diplomatie et gestion des affaires de l'Etat, comme ça été dit par la plupart de nos diplomates dans le quotidien "Le Monde" il y a quelques mois.

Nos medias sont corrompus, ils n'ont jamais expliqué les enjeux de tout cela aux français. ils ont toujours roulé pour le Sarko et ils s'etonnent que tout le monde les abandonne au profit de sites internet plus crédibles.

Sinon les premiers à faire des revendications ce sont les Corses, on a pas fait un referendum pour autant pour demander leur avis.

Écrit par : Jean Pierre LELONG | 02/04/2011

Article très intéressant

Écrit par : Ahmed | 02/04/2011

Mayotte dept français

Écrit par : Ahmed | 02/04/2011

Qu'en déplaise aux "élites comoriennes", il n'existe pas à Mayotte de personnes suffisamment masochistes pour revendiquer le rattachement aux Comores. Partant de là, que faire d'une population résolue à rester françaises (consensus de toute la population), est-il normale d'accepter un tel sous-développement pour un territoire français?
Le choix de la départementalisation est acquis aujourd'hui mais rien ne permet de dire, que, tel Saint Pierre et Miquelon en 1983, les Mahorais ne reviendront pas à l'avenir sur ce statut peut-être trop contraignant pour eux (mise en place d'une fiscalité de DOM: car ici, jusqu'en 2012, ici pas d'impôts locaux ni foncier, constructions anarchiques toujours sans permis!).
Qui sait si Mayotte ne reviendra pas sur un statut plus "arrangeant" de TOM?

Écrit par : Barakavazaha | 05/04/2011

Les commentaires sont fermés.