UA-70978167-1

04/03/2011

Marine Le Pen : les migrants à la mer

 

marine le pen gueant.jpg

Lors de son intervention sur RTL mardi, Marine Le Pen a demandé que l'on repousse dans les eaux internationales les migrants venus d'Afrique du Nord et qui veulent entrer en Europe.

 

Si l'on entend bien Marine Le Pen, il faut repousser en haute mer des personnes qui fuient leur pays, principalement la Tunisie et la Libye. Il faut les bloquer militairement - elle l'a précisé - et Marine Le Pen justifie cette position par la nécessité de ne pas creuser davantage les déficits sociaux par ce qu'elle appelle « une vague d'immigration supplémentaire ». Ce que même son père n'a jamais dit à haute voix.

 

Ill'Mama

 

08:29 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : marine le pen |  Facebook | | | Pin it! | |

Commentaires

C'est le prix à payer pour gagner des voix, alors que depuis qu'elle est au pouvoir elle a complétement abandonné tous propos anti-sionistes et anti-sémites.
Il est vrai qu'en plus du FN c'est une véritable cougar.

P.S. Une cougar désigne une femme, généralement de plus de 40 ans, qui cherche ou fréquente des hommes plus jeunes, typiquement ayant au moins huit ans de moins qu'elles.

Écrit par : Hypolithe | 04/03/2011

La révolution arabe a eu lieu et sur le long terme, il y aura plus de libertés mais pour l'instant il faut se réorganiser politiquement, socialement et individuellement et pour cela il manque un modèle économique viable pour améliorer la vie quotidienne de milliers de jeunes. Une population jeune est excellente mais il faut un moteur économique pour l'entraîner, lui donner du travail et la faire mieux vivre. Le flux de migrants du Sud ne peut être une solution car ils finiront dans des réseaux illégaux de drogues par exemple ou seront payés au noir dans des travaux pénibles. Il y aura un double ressentiment : celui de la population indigène qui en a visiblement assez de l'immigration clandestine (la crise en Europe dure) et celui des migrants qui ne réaliseront pas leur rêve vivant entre le rejet, la peur d'être renvoyé. Non le vrai courage c'est de rester au pays, se retrousser les manches, travailler, réseauter, créer et inventer des formes économiques qui correspondent aux besoins et attentes du pays.

Écrit par : Suissitude | 04/03/2011

Les migrants, les immigrants et autres réfugiés sont toujours les bienvenus à condition qu'ils aillent ailleurs...

Écrit par : MIchel Sommer | 04/03/2011

En voila une véritable présidente qui a des couilles !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 04/03/2011

@ Titulaire du blog

Auriez-vous des références précises quant aux propos précis (verbatim) tenus par Mme Marine le Pen ?

Écrit par : CEDH | 04/03/2011

@ill'Mama

Merci, je crois que l'on s'est croisé.

Écrit par : CEDH | 04/03/2011

@ Voilà donc les propos tenus par madame Marine le Pen :


Journaliste :

Vous redoutez, vous l'avez dit Marine Le Pen, une vague d'immigration clandestine consécutive aux révoltes arabes. Et interrogée à ce sujet lors de votre visite au Salon de l'Agriculture, la semaine dernière, vous avez précisé ceci, je vous cite : "L'UnioneEuropéenne est totalement impuissante à nous protéger. Il faut passer un accord bilatéral avec l'Espagne, avec l'Italie pour permettre à nos marines de préserver nos eaux territoriales et repousser dans les eaux internationales, les migrants qui voudraient entrer en Europe." Les êtres humains sur des barques qui sont en danger, il faut les repousser dans les eaux internationales, au risque qu'ils se noient, Marine Le Pen ?

Marine Le Pen :

Ah voyez ! Ca, c'est la manière de faire de la politique actuellement. Ca, on tombe immédiatement dans le compassionnel. On peut parfaitement repousser des bateaux dans les eaux internationales, humainement, monsieur Aphatie. Il n'y pas cinquante solutions, il y en a deux : soit on les accepte, monsieur, soit on les accepte ; soit on les repousse. Je crois qu'effectivement, il faut les repousser, parce que la France ne peut plus accepter une immigration supplémentaire alors même que l'immigration que nous subissons pèse déjà très lourdement sur la vie quotidienne de nos compatriotes, sur nos budgets sociaux, sur nos déficits.

Et je pense qu'effectivement, il faut actionner l'article 2-2 de Schengen qui permet de rétablir de façon temporaire, un contrôle aux frontières. Ca a été fait dans le cadre d'événements beaucoup moins graves que ce qui se prépare. Ca avait été effectué au sommet de l'OTAN de 2009 ; ça avait été effectué lors de la Coupe du Monde de 2006 ; ça nous permet de sortir de manière temporaire, pour l'instant, d'urgence de Schengen et de rétablir un contrôle à nos frontières.

J : On peut secourir les gens qui sont perdus au milieu de la mer ; et puis ensuite, quand on les a secourus, on peut les renvoyer chez eux ; c'est ce que permettent les lois ?

MLP :Oui, monsieur Aphatie, on peut le faire mais ça n'est jamais comme ça que ça se passe !

J: Mais les laisser se noyer dans les eaux internationales, ce n'est pas...

MLP : Monsieur Aphatie, toute de suite, vous tombez dans l'excès et la caricature ; et c'est bien dommage parce que ça n'élève pas le débat politique.

J : Repousser dans les eaux internationales les migrants qui voudraient entrer en Europe ! Les mots ont un sens, Marine Le Pen ?

MLP : Oui, oui, repousser dans les eaux territoriales. Oui, oui, les empêcher...

J :... Dans votre dernière campagne électorale, vous en avez beaucoup parlé !

MLP :... De débarquer sur notre territoire, compte tenu du fait qu'à chaque fois que des migrants ont débarqué sur notre territoire, ils se sont évanouis dans la nature et que la France est tellement attractive pour l'immigration, probablement le pays le plus attractif de toute l'Europe, que c'est évidemment la destination préférée de l'ensemble des migrants comme l'a d'ailleurs rappelé le maire de Lampedusa qui a indiqué que 70% des immigrants clandestins qui étaient arrivés sur l'île espéraient ou allaient rejoindre la France. Je pense qu'il faut donc couper les pompes aspirantes, que nous ne pouvons pas supporter une immigration supplémentaire et que par conséquent, il faut prendre des mesures concrètes et non pas uniquement des discours.

J : Une campagne électorale...

MLP : ... Souvenez-vous, le bateau qui était arrivé en Corse ! Où sont passés ceux qui étaient sur ce bateau ?

J : Ah, je n'ai pas fait le compte !

MLP : Ah ! Eh bien, ils se sont égayés dans la nature et ils sont venus gonfler la masse d'immigration clandestine que la France subit depuis déjà de trop nombreuses années.

J : Une campagne électorale comme la campagne présidentielle va nous permettre, Marine Le Pen, de mieux vous découvrir, de mieux vous connaître et avec des phrases comme ça : "repousser dans les eaux internationales" ! On va se dire que vous manquez d'humanité, peut-être ?

Non, je ne crois pas. Je crois qu'on va dire que je suis probablement la seule à avoir le courage de prendre les décisions nécessaires pour sauvegarder les intérêts de la France et des Français. Il n'y a rien de plus facile, monsieur Aphatie, que de faire du compassionnel, que de faire de l'humanitaire mais il y a toujours quelqu'un qui paye ; et en l'occurrence, le prix...

J : Rien de plus facile, peut-être ! Mais l'humanitaire ça a un sens aussi ! Le sens de préserver la vie, par exemple, d'aider les gens.

MLP : D'accord, monsieur. Oui, monsieur. Mais le prix, en l'occurence, ce sont les Français qui le paient. Alors s'il faut aider un certain nombre de pays pour fixer les populations dans leur pays d'origine, c'est là-bas qu'il faut le faire et en aucun cas, en acceptant une immigration nouvelle.

Source :

http://www.rtl.fr/emission/l-invite-de-rtl/ecouter/marine-le-pen-presidente-du-front-national-on-peut-repousser-humainement-des-bateaux-dans-les-eaux-internationales-7664513013

Écrit par : CEDH | 04/03/2011

Il ne s'agit pas de mettre les "migrants" à la mer, il s'agit de les empêcher de débarquer et de faire en sorte qu'ils retournent sur les rivages d'où ils sont partis. On entend partout que les pays arabes se libèrent de leurs dictatures, et la première conséquence serait que des milliers d'habitants fuient leur nouvelle liberté ? Et les pays européens seraient sommés d'accepter leur présence ?

Écrit par : cjce | 04/03/2011

Il ne s'agit pas de mettre les migrants à la mer, mais les faire comprendre que la France ne peut plus les accueillir.

Dans une autre intervention, elle demande l'intervention du HCR en faisant des camps dans les pays limitrophes dans les arabes qui sont proches culturellement et pour les pétroliers de l'argent.

Elle fait remarque que c'est toujours l'Europe et la France qui donnent, alors que les moyens financiers manquent.

Donc évitons de subir cette propagande mondialiste.

Écrit par : steff | 05/03/2011

@CEDH : "Et les pays européens seraient sommés d'accepter leur présence ?"
C'est drôle ce que vous écrivez... Oubliant peut-être que pendant bien longtemps, ces mêmes pays arabes n'ont eu eux d'autre choix que d'accepter notre présence de colons européens.
Une plongée dans l'histoire vous apprendra, cher CEDH, que tout se paye un jour ou l'autre.
Vous voulez installer un cordon sanitaire entre l'Europe et le Magrheb ? Pour pouvoir en assumer les conséquences devant vos enfants et petits enfants, étudiez donc l'Histoire. Il faudra alors leur apprendre à vivre en permanence l'arme à la main, victimes potentielles d'un combat meurtrier prenant probablement la forme du terrorisme. Tel qu'aujourd'hui en Israel.
Ce choix ne vous est pas interdit. Mais vous serez le responsable de ses conséquences.

Écrit par : dodo25 | 05/03/2011

"... alors que depuis qu'elle est au pouvoir elle a complétement abandonné tous propos "anti-sionistes et anti-sémites."

Si cela n'avait pas été le cas, notre très cher nationalisto-antisémite Hypolithe l'aurait portée aux anges.


"Il est vrai qu'en plus du FN c'est une véritable cougar."

Et vous un véritable opportuniste!

Écrit par : Patoucha | 05/03/2011

Marine Le Pen paralyse les politiques

Le surgissement de Marine Le Pen dans la sphère médiadico-politique bouleverse totalement la donne et met singulièrement en perspective les argumentaires des autres forces politiques. Telle la sirène homérique, gardienne du royaume d'Hadès, elle paralyse la plupart de ses contradicteurs qui se réfugient alors dans la critique compassionnelle, la colère outrée , le sarcasme, quand ils ne deviennent pas carrément idiots.

En témoigne l'ahurissant échange entre journalistes et chroniqueurs sur RTL lors de l'émission "On refait le monde" de ce mardi 1er mars. Commentant les propos de la présidente du FN selon lesquels il faudrait repousser dans les eaux internationales les migrants qui prétendraient entrer en Europe, ils se sont pratiquement tous scandalisés, comme si Marine Le Pen avait affirmé qu'il fallait couler les bateaux et laisser se noyer leurs occupants. Or, elle avait précisé qu'il faudrait le faire "humainement". Mais personne n'a entendu cette remarque pourtant évidente. Comment en effet imaginer que Marine Le Pen puisse vouloir ordonner de couler des bateaux pleins de réfugiés? Est-elle monstrueuse au point de se montrer incapable de la moindre compassion?

En réalité, les cerveaux sont comme congelés, cristallisés, obnubilés, c'est-à-dire finalement rendus imbéciles par le prisme à travers lequel ils ont décidé une bonne fois pour toutes d'entendre ce qu'elle a à dire et dans quoi se reconnaissent déjà des millions d'électeurs potentiels. Les cerveaux sont ici en pilotage automatique: Le Pen = facho = nazi = salaud.

La situation est dramatiquement simple. L'argumentaire de Marine Le Pen est rationnel et cohérent de bout en bout. Ses propositions sont claires, son analyse des problèmes que connaît le pays font de plus en plus l'objet d'un consensus. Pourtant, même un Alain Finkielkraut se trouve comme paralysé en lui donnant raison de bout en bout tout en proclamant surtout ne pas devoir voter pour elle en 2012. Selon quelle justification? Elle n'aurait tout simplement pas liquidé le passé de son père. Mais quel passé ? Quoi précisément? Les tortures pendant la guerre d'Algérie? Les prises de position poujadistes ? les jeux de mots en effet douteux? Mais renonce-t-on à une politique parce qu'on ne supporte pas des traits d'humour d'un autre temps?
Car de deux choses l'une: ou bien Marine Le Pen reprend à son compte des propos racistes ou antisémites et relèverait alors de la justice. Ou bien ce qu'elle dit et fait est parfaitement légal et irréprochable. En réalité ce sont ceux qui lui reprochent de cultiver la haine qui devraient faire l'objet de poursuites pour diffamation.

Lui reproche-t-on de défendre le principe de préférence nationale? Mais ce serait en réalité le devoir de tout responsable politique choisi par le peuple qui l'a élu. Et d'ailleurs, on l'oublie trop souvent, ce principe de préférence nationale qui implique bien un arrêt total de toute immigration profiterait aux jeunes de banlieue qui, étant français, pourraient ainsi bénéficier de réelles chances de réussite. Au contraire, si l'immigration se poursuit, ils seront les premiers à subir une ghettoïsation de plus en plus dure, jusqu'à ressembler à ce qu'on peut voir dans le film "banlieue 13".

Simplement, il faut un débat clair avec des enjeux identifiables. Marine Le Pen souhaite restauré la souveraineté nationale par un certain nombre de mesures dont la restauration des frontières, l'arrêt de l'immigration et la maîtrise monétaire, entre autres.

Ce sont des thèmes parfaitement discutables, des points de vue parfaitement confrontables. Philosophiquement, on peut soutenir que le temps des nations est fini, qu'il faut accepter désormais un monde sans frontières (sauf Israël sans doute, le non-dit de Bernard Henri-Lévy), que chacun dans ce monde nouveau aurait le droit de s'installer où bon lui semble. On peut penser que la France n'a plus aucun sens, qu'elle doit désormais se dissoudre dans une unité planétaire où l'humanité ne ferait plus qu'un.

Même Lionel Jospin en son temps trouvait un tel programme irréaliste à terme. Car ce qui peut en effet paraître désirable sous certaines conditions ne signifie pas qu'il faille en faire un programme immédiatement réalisable. On peut imaginer après Kant ou Hegel que l'humanité trouve le chemin de son unité dans un même monde. Mais cela ne peut se faire que par la marche conjointe de nations qui soient parvenues à un niveau de développement technique, intellectuel et spirituel équivalents. On nous rabâche actuellement que le "printemps arabe" serait le surgissement d'une revendication démocratique universaliste. Nous verrons bien ce qu'il en adviendra. Mais en attendant, Ivan Rioufol a bien raison de souligner que ce sont avant tout des revendications nationales, ce qui suppose que les peuples aient parfaitement le droit de se reconnaître dans une nation. Et pour qu'il y ait nation, il faut un Etat, seul capable de protéger les pauvres, comme le soulignait naguère Blandine Barret-Kriegel dans son excellent livre "l'Etat et les esclaves".

Écrit par : Alex Carter | 06/03/2011

Les commentaires sont fermés.