UA-70978167-1

21/01/2011

Côte d'Ivoire : La guerre, une nation, une armée ?

 

Des appels sont lancés ces derniers jours. Appels à la grève au travail, à la division de l'armée, sont-ils suivis ? Devant la panique de certains civils, l'heure est aux réponses tous azimuts. La Côte d'Ivoire va-t-elle basculer ?

Une potentielle guerre serait en vue, à entendre les déclarations sur place. La plus récente date d'hier de la part du général Philippe Mangou, chef d'Etat-major des armées. Il affirme que Guillaume Soro nargue du haut de son piédestal tout le monde.

Selon le général, il ne souhaitait pas être chef d'Etat-major d'Alassane Ouattara malgré l'insistance de Soro d'accepter cette position. Il insiste que Guillaume Soro ait assuré lors d'une réunion des généraux avant les élections, que les résultats de celles-ci devaient être prononcés par le conseil constitutionnel.

Le général continue à dire : « Nous, les forces de sécurité, nous avons une mission, celle de défendre l'intégrité du territoire national et les institutions de la République en tout temps, en tout lieu et en toute circonstance quelque soient les formes d'agression. Celle de protéger les institutions de la République. L'institution de la République a parlé, et nous nous en tenons à ce qu'a dit l'institution de la République. »

Pour lui, Guillaume Soro appelle tous les pays du monde à tuer des Ivoiriens, qu'il veut pourtant commander demain. Mangou lui demande d'arrêter cela en lui disant qu'il faisait fausse route. Il va même jusqu'à invoquer Dieu, qui est un Dieu de justice et lui demande de rester humble et d'avoir un minimum d'égards pour les Ivoiriens et l'armée nationale.

Le général Mangou termine son discours en martelant : «  Nous sommes prêts pour le combat, pour le combat de la souveraineté, rien ne nous fait peur. Risquer notre vie, la mort pour nous n'est qu'un gain, nous sommes prêts, nous l'attendons. »

 

Ill'Mama

 

 

 

10:29 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! | |

Les commentaires sont fermés.