UA-70978167-1

11/01/2011

Billets de banque de « Gbagbo » contre Franc CFA : Zone Franc en ébullition

 

610x(51).jpgLe Franc CFA (FCFA), Franc des Colonies Françaises d'Afrique et aujourd'hui Franc de la Communauté Financière Africaine se voit-il menacé ? Une nouvelle monnaie a été présentée ce week-end à Bamako au Mali en marge de la conférence des ministres de l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine). Laurent Gbagbo veut battre monnaie en faisant émettre par la Banque centrale ivoirienne des billets de banque : le mir et l'ivoire. Pour l'heure, il s'agit des billets de 100 MIR et de 500 IVOIRES (illustrés sur la photo).

En outre, la convertibilité du FCFA, dont la parité avec l'euro est fixe, est garantie par le Trésor français. Quoique monnaie africaine, le FCFA est géré en dernier ressort par la France, qui a pour mission de garantir la convertibilité des deux monnaies. En contrepartie de cette garantie, les banques centrales africaines dont la BCEAO (Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest) doivent verser 65% de leurs réserves de change (leurs avoirs extérieurs) sur un compte du Trésor français appelé compte d'opérations. A l'origine, les banques centrales devaient verser 100% de leurs avoirs extérieurs sur ce compte.


Le Trésor français, fort de ces réserves, est ensuite chargé de fournir aux banques centrales les fonds dont elles ont besoin. Selon le montant de ces besoins et celui des avoirs extérieurs transférés vers le Trésor français, le compte d'opérations se retrouve soit débiteur (les banques centrales africaines doivent alors payer des intérêts au Trésor français), soit créditeur (la France doit alors payer des intérêts aux pays CFA). La parité entre euro et FCFA a été fixée à 655,96 FCFA pour 1 euro).

Le rôle de la France est ainsi on ne peut plus aisé dans ce système, surtout qu'elle peut en même temps utiliser l'excédent d'un pays pour boucher le déficit d'un autre. Parallèlement, la France peut s'allier au FMI et pousser à ce que ces pays adoptent des plans d'ajustement assainissant leurs finances publiques. Selon les statuts de l'accord, lorsque les avoirs extérieurs sont jugés insuffisants pour combler le déficit du compte d'opérations, la France peut décider unilatéralement la dévaluation du FCFA.

Ill'Mama

 

10:16 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | Pin it! | |

Commentaires

Une nouvelle escroquerie africaine !
Bien joué ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 11/01/2011

Hello friends,this is a nice site and I wanted to post a note to let you know, good job! Thanks
Best regards, Natali, CEO of [url=http://www.musicfrost.com]free music downloads[/url]

Écrit par : Lina | 12/01/2011

Les commentaires sont fermés.