UA-70978167-1

08/01/2011

Qui tient les cordons de la bourse en Côte d`Ivoire ?

 

Il semble que la Communauté internationale ne réussira pas à mettre Gbagbo à genoux en le coupant de ses moyens financiers. Voici un rapport de la dernière réunion de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Bcéao) du 7 janvier 2011*:

 

La crise politique en Côte d'Ivoire était de nouveau, vendredi 7 janvier 2011, au centre d'une réunion des ministres des Finances de l'Union économique et monétaire ouest-africaine organisée dans la capitale malienne, en présence de deux ministres envoyés par Alassane Ouattara. A Bissau, le 23 décembre, les ministres des Finances de l'Uémoa avaient demandé à la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest d'autoriser uniquement les représentants du président ivoirien «légitimement élu», Alassane Ouattara, à gérer les comptes du pays.


A Bamako, les représentants des sept pays membres de l'institution se sont réunis au 12ème étage du siège local de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Bcéao). Derrière le drapeau ivoirien, les deux ministres dépêchés par Alassane Dramane Ouattara : le ministre des Finances, Charles Koffi Diby, et celui du plan Albert Mabri Toikeusse.
Les travaux commencent à huis clos. Un responsable de la Bcéao sort une lettre et la lit : dans le document, le gouvernement Gbagbo qui fait pression sur la Bcéao-Côte d’Ivoire pour que des opérations financières soient effectuées en violation des décisions prises sur le plan sous-régional.

Une réunion spéciale des chefs d'Etats de l'UEMOA, sur la Côte d'Ivoire aura lieu le 22 janvier prochain à Bamako mais dans les couloirs, les discussions vont bon train. A la question de savoir si la Bcéao parvient à asphyxier financièrement le camp Gbagbo, un expert répond que si, par exemple, l'argent qui destiné à acheter du café et du cacao ivoiriens transite par d'autres comptes que ceux de la Bcéao, on ne peut pas grand-chose. Combien de temps Gagbo peut-il tenir sans ces fonds ? Selon un autre expert, Alassane Ouattara a la signature, mais il n'a pas encore tout le carnet de chèque. Laurent Gbagbo lui n'a plus la signature, mais pour quelque temps encore, il a de l'argent cash. Cet argent provient surtout des recettes du port d'Abidjan, qui ne transitent pas elles par la Bcéao.

Au sortir de la réunion, le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest, l'Ivoirien Philippe-Henri Dacoury-Tabley, a annulé sa conférence de presse. Il devait s'exprimer pour la première fois devant des journalistes depuis le début de la crise ivoirienne.

* RFI

 

Ill'Mama

14:21 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | Pin it! | |

Commentaires

Je pensais que ça allait être quelque poste ennuyeux, mais c'est vraiment compensé mon temps. Je vais poster un lien vers cette page sur mon blog. Je suis sûr que mes visiteurs trouveront cela très utile.

Écrit par : avafx | 30/03/2011

Les commentaires sont fermés.