UA-70978167-1

15/10/2010

La jouissance infinie du désir, une faim en soi ?

Ils restèrent silencieux, comme un rocher, sous un regard fuyant transformant leur être en une image à la contemplation de leur savoir-faire se laissant donner en spectacle sans s'autoriser d'aller plus loin que leur intimité.

C'est cela le chemin vers l'objectif, heureusement qu'ils le connaissaient, leur vulnérabilité en dépendait, entendue comme le lien entre eux et l'objectif nécessitant cette mise en route. Il fallait s'y mettre. Le temps d'une petite réflexion, tous deux rassemblés,  faisaient entendre que rien ne valait la transmission de leurs acquis à ceux qui en avaient besoin. Ce sentiment de force, passion, et de virilité leur donnait-il raison ?

Visiblement, cet engagement dégageait une force affirmant  comme Gaston Bachelard (1884-1962) que l'homme est une création du désir, non pas une création du besoin.

Etait-ce une fin en soi ou une faim en soi?

A suivre

 

Ill'Mama

10:51 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, désir, jouissance, passion |  Facebook | | | Pin it! | |

Les commentaires sont fermés.