UA-70978167-1

22/09/2010

Parité hommes femmes, une avancée du « Girl Power » ?

L'Union interparlementaire, organisation dont le siège est à Genève représente 155 parlements dans le monde et 5 associés. Quid du reste ?

L'histoire de la participation des femmes à la prise de décisions trouve certes son origine dans les pays nordiques. Non seulement les femmes dirigent près du tiers des ménages, exercent des emplois anciennement réservés aux hommes, notamment dans les secteurs du bâtiment et de la mécanique, force nous est de constater une entrée spectaculaire des femmes dans la prise de décisions en ce XXIe siècle.

Grâce à une série de conférences internationales, le mouvement en faveur de la promotion des femmes à des postes de décision a pris de l'ampleur au cours des années 80 et au début des années 90. Une impulsion lui a été donnée par la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, tenue à Beijing (Chine) en 1995, au cours de laquelle un appel a été lancé aux Etats pour qu'ils assurent aux femmes 30 % au moins de représentation dans leurs gouvernements respectifs. Au sommet du Millénaire en septembre 2000, les dirigeants de la planète se sont engagés à « promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes comme des moyens efficaces de lutter contre la pauvreté, la faim et la maladie et de favoriser un développement qui soit véritablement durable ». Huit objectifs par la suite ont  été adoptés, collectivement dénommés objectifs du Millénaire pour le développement, dont celui de l'égalité des sexes. Et dès lors, le nombre de femmes occupant des postes de décision n'a cessé de grimper.

Eh bien, le système de quotas ! La Suisse, aujourd'hui, devient le cinquième gouvernement du monde à avoir un gouvernement à majorité féminine, après la Finlande, la Norvège, l'Espagne et le Cap Vert, et deuxième pays d'Europe après la Norvège, historique non ?

 

Ill'Mama

10:22 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | Pin it! | |

Commentaires

En politique la progression des femmes dans les hémicycles cantonaux et fédéraux et maintenant majoritaire au Conseil fédéral ne saurait me déplaire compte tenu du fait que nous avons affaire à des femmes libérées et dont la tête n’est pas embuée d'idées obsolètes comme celle d’une socialiste genevoise dont le rouge à lèvre écarlate atteint ses narines.
Je suis fatigué d'entendre toujours les mêmes ritournelles agressives et ringardes chaque fois que les médias ont le malheur de lui offrir un micro.
Encore une qui devrait prendre place dans un ouvroir et non au Conseil national.

Écrit par : Hypolithe | 22/09/2010

@Hypolithe
Merci pour votre commentaire.

Écrit par : Ill'Mama | 22/09/2010

Les commentaires sont fermés.